Partager

Hier Dimanche 22 Novembre, a eu lieu au complexe scolaire moderne Adiara, la première édition de Fakan Slam. Devant un public attiré par le slam, N’Gada Tamboura s’est imposée avec la puissance de ses vers. Elles dévient donc dans l’histoire, la pionnière du titre du champion de la première édition de cette compétition.

Hier matin, les amoureux du slam se sont donnés rendez-vous au complexe scolaire moderne Adiara afin de célébrer avec les mots la première édition de Fakan slam tant attendue. Cette édition avait été repoussée suite à la pandémie à coronavirus. Ils étaient au nombre de 10 finalistes à entrer en lice. Selon les organisateurs, cette initiative vise à encourager les jeunes slameurs à déclamer les mots dans leurs langues nationales et à valoriser ces langues. « Le slam est né aux Etats Unis d’Amérique, les américains l’ont fait en anglais. Après, les français l’ont fait dans leur langue. Nous les maliens, nous devons aussi l’essayer dans nos langues locales. Si vous voyez que le slam n’évolue pas au Mali, c’est parce que nous avons trop misé sur la langue étrangère. Or, la majorité de la population malienne a du mal à capter cette langue. C’est donc pour donner plus de poids au slam que j’ai initié ce concept » dit Ousmane Dieng dit Dieng One, l’initiateur de Fakan Slam.

A cette première édition de Fakan Slam, N’Gada Tamboura est classée première après la délibération des membres de jury. Cette jeune slameuse, au vu et au su du public, a convaincu à travers ses vers poétiques. « Je suis heureuse d’être la championne nationale de Fakan Slam. Cette initiative est très bénéfique pour la jeune génération dans la mesure où elle nous rappelle notre culture, c’est-à-dire les langues » ; a déclaré la championne.

Selon Karamoko I. Traoré, le deuxième du conc : « Fakan Slam a été amusant et une quête d’expérience pour moi. Je crois qu’avec ce projet, le slam malien prendra un nouvel envol »  dit-il.

Adama Sanogo

@Afribone