Partager

Le président du RpDM, Cheick Modibo Diarra a été nommé hier Premier ministre de la Transition. A l’occasion, il convient de rappeler le point A de l’article 6 de l’Accord-cadre CNRDRE-CEDEAO précise dans sa logique de sortie de crise qu‘’ un Premier ministre de transition, Chef du Gouvernement, disposant des pleins pouvoirs et ayant pour mission de conduire la transition, de gérer la crise dans le Nord du Mali et d’organiser les élections libres, transparentes et démocratiques, conformément à une feuille de route, sera désigné.

‘’ Le choix de l’astrophysicien surprend-il ? Signalons tout simplement que le Président du groupe Microsoft Afrique avait écrit dans son blog, le 27 mars dernier : ‘’ le RpDM n’a eu de cesse de tirer la sonnette d’alarme depuis l’imbroglio du fichier électoral. Nous avons, en son temps attiré l’attention sur les conséquences d’une perturbation du processus électoral et sur les dangers à organiser un référendum à l’approche d’élections générales. Notre parti a exprimé ses appréhensions et son inquiétude face au réveil de l’irrédentisme et à la détérioration de la situation sécuritaire dans le nord du pays, toutes choses qui ont ébranlé l’unité nationale et la quiétude sociale en jetant sur les routes de l’exode des dizaines de milliers de nos compatriotes désemparés.

Face au silence de notre Loi fondamentale sur les cas de forces majeures et aux atermoiements du gouvernement, j’invitai la classe politique, les organisations de la société civile et les personnes de bonne volonté à engager la réflexion sur le sujet. En vain. Ce qui était à craindre est malheureusement arrivé. ‘’ Il parlait bien sûr du coup d’Etat militaire intervenu le 22 mars dans notre pays.

Il avait ajouté qu’aucun démocrate ne saurait raisonnablement se réjouir d’une rupture violente de la légalité constitutionnelle même si l’on peut comprendre que des soldats excédés et humiliés, opérant dans une zone où la majorité de la population éprouve un sentiment d’abandon, osent s’en prendre à leur hiérarchie. Ce qui doit désormais compter, avait-il écrit, c’était avant tout le Mali : son unité, son intégrité territoriale, son modèle de processus démocratique cité en exemple.

C’est dire que la désignation de Cheick Modibo Diarra, compte tenu de ces indications, était prévisible. D’autant plus que, comme l’ont indiqué plusieurs participants à la concertation de Ouagadougou, il était conseillé d’opter pour des hommes neufs, c’est-à-dire des personnalités qui n’aient pas participé, au premier plan, à l’ancien pouvoir d’ATT.

En fait, certains perçoivent le coup d’Etat comme étant intervenu pour balayer la gouvernance précédente. A cause des liens réels et supposés entre le président du groupe Microsoft Afrique et l’Amérique, grande puissance militaire, des espoirs sont suscités –équipements militaires- concernant le dénouement de la crise au Nord de notre pays. Le président de Microsoft Afrique bénéficie d’un autre préjugé favorable.

C’est celui de pouvoir conduire le pays vers des élections libres, transparentes et démocratiques, compte tenu de ses compétences en informatique. Cela suffira-t-il dans un pays où il faut aussi maîtriser les méandres de la politique si l’on sait que ce n’est que le 6 mars 2011, que Cheick Modibo Diarra a présenté à Bamako le Rassemblement pour le développement du Mali (RpDM), la formation politique qu’il venait de créer en vue de l’élection présidentielle de 2012 ?

Baba Dembélé


Bio express :

Docteur Cheick Modibo Diarra est issu de la grande famille Diarra de Ségou, il est le fils de Moussa Diarra descendant de Ngolo, de Monzon, de Tiéfolo, de Weta Ba, de Kirango Ba. Il est l’héritier de gros travailleurs de la terre qui lui ont inculqué le culte du travail et l’amour des travaux champêtres.

L’une de ses grandes préoccupations est aujourd’hui la promotion du monde rural, le développement de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.

Docteur Cheick Modibo Diarra a étudié au Mali de 1960 à 1972 à l’école fondamentale de Ségou jusqu’au DEF en 1969, puis à Bamako, au Lycée technique de 1969 à 1972.

Il a poursuivi ses études à Paris en classes préparatoires au Lycée de Cachan de 1972 à 1974, puis à l’Université Pierre et Marie Curie de 1974 à 1976 où il obtint une licence en Mathématiques, Mécanique analytique et Physique.

Il a commencé dans la même université une maitrise en Mécanique des fluides de 1977 à 1978 avant de se rendre aux USA où il s’est inscrit en 1979 à Howard University pour une maîtrise en Ingénierie du Génie mécanique appliquée à l’astronautique en 1982 et un Ph.D. en Génie mécanique en 1987.

De 1984 à 1989, il est professeur assistant à l’Ecole d’Ingénieurs de l’université de Howard.

Navigateur interplanétaire au Jet Propulsion Laboratory de Juillet 1989 à Novembre 2002, il a occupé le poste de Directeur des programmes d’éducation et d’information du programme d’exploration de la planète Mars, Program Manager au sein du programme d’exploration de la planète Mars et du programme New Millenium.

Il a été le premier Chief Executive Officer de l’Université Virtuelle Africaine de 2002 à 2003.

A partir de 2003, il a pris quelques années sabbatiques, afin de se ressourcer dans son pays natal.

De 2006 à 2011, il est le président de Microsoft Corporation pour l’Afrique et créée le 19 septembre 2010, un parti politique, dénommé Rassemblement pour le développement du Mali (RpDM)

De décembre 2011 à nos jours, il occupe la scène politique et associative (Fondation Pathfinder pour l’éducation et le développement, micro crédit pour les femmes et distribution de semences de maïs hybride aux agriculteurs)

Il est marié et père de trois enfants et tiens de façon particulière au respect de certaines valeurs de la société maliennes telles que : le sens de la famille, le travail bien fait, l’intégrité, le stoïcisme, le sens de la responsabilité et l’amour de la patrie.

Il est aussi détenteur de médailles et de décorations suivantes : ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO pour la science, la technologie et de l’entreprise, vice-président de la Commission mondiale de l’ONU, Fondateur et président du Sommet africain sur la science et des nouvelles technologies (SASNET) , Prix de la Banque mondiale pour leurs contributions exceptionnelles à la science, le Prix Afrique-Amérique de l’Institut pour l’excellence en sciences (pour inspirer les jeunes dans le monde entier à explorer le cosmos), Commandeur de l’Ordre de l’Education Nationale du Gabon, Commandeur de l’Ordre du Mérite du Lion du Senegal, Commandeur de l’Ordre du Mérite National de la Côte d’Ivoire, Commandeur de l’ordre des Arts, des Lettres, et de la Communication du Burkina Faso.

Il a également été voté l’un des Africains sur 100 du 21e siècle par Jeune Afrique.

Marié il est père de trois enfants.

18 Avril 2012