Partager

Dans le micro-trottoir ci-dessous, certains Bamakois expliquent leurs craintes sur la composition du premier gouvernent du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita. Pour certains, le nouveau gouvernement n’est pas un gouvernement de changement.

Mohamed Marie Dembélé (gestionnaire) :

Ce n’est pas certain que ce nouveau gouvernement puisse apporter le changement car les anciennes têtes que je vois dans cette équipe me font peur. Je crains que cela ne joue sur l’idée même d’un Mali nouveau. D’après le président, il fallait faire un changement dont tout le monde s’entendait, on ne devrait pas voir d’anciennes têtes dans le gouvernement. Je fais particulièrement allusion au ministre de la Défense. Il a déjà géré la Défense auparavant, mais en ce temps comment était la défense ? Comment les militaires étaient traités par lui ? Aujourd’hui, on le remet à ce même poste ! Un autre poste pouvait lui revenir, mais pas la défense.

Anonyme (enseignement supérieur) :

Il faut d’abord les voir à l’œuvre pour les juger, mais avant on ne peut que dire des aprioris et des impressions par rapport à la formation du gouvernement. La raison principale de la déchéance de l’ancien régime a été fortement liée à la gestion du nord, Quant on voit revenir un chef rebelle à la tête des Affaires étrangères, un poste stratégique en matière de formation du gouvernement, ça ne fait qu’a priori me décevoir. En plus, voir revenir une quinzaine d’anciens ministres du régime passé dans ce nouveau gouvernement est aussi une déception pour moi, parce que je suis convaincu que les 70 % des électeurs qui ont voté pour IBK, l’ont fait pour sanctionner ces anciens régimes, mais si cette sanction a été récompensée dès les premières heures par l’appel à ces anciens ministres, cela me déçoit.

Abdoulaye Sangaré (professeur assistant à l’ENSUP) :

Je pense qu’il est prématuré de se prononcer puisse que le gouvernement vient tout juste d’être formé. Mais, personnellement, je dirai que ce nouveau gouvernement n’est pas à plaindre parce qu’on y trouve un mélange d’anciens et de nouveaux ; de jeunes et de vieux. Donc il satisfait tout le monde.

N’Baye Diakité (professeur d’enseignent supérieur) :

je fais une double lecture sur le nouveau gouvernement. En fait, je pensais qu’on a parlé de changement et que l’équipe gouvernementale allait être de nouveaux visages. Tel n’a pas été le cas. Je reconnais tout de même qu’il y a des anciens très connus sur la scène politique par leur rôle et je pense qu’on peut leur donner du crédit, mais ce que j’aurais souhaité de nouveaux visages. On veut du changement.

Dianegué Diarra (enseignant) :

Je suis un peu déçu parce que je pensais qu’on allait former un gouvernement qui reflète le changement que nous voulions, mais j’ai constaté que des anciennes personnalités qui figuraient dans les différents gouvernent passés sont reconduits encore. Pour moi, le changement n’est pas amorcé d’abord .

Moutaga Dembélé (retraité) :

Je suis très mécontent du gouvernement, le président IBK s’est fait piégé par des rats du palais qui ont servi et dilapidé les fonds de la nation pendant 20 ans sans apporter un changement positif. Je trouve qu’il y a au moins quatre ministres qui ne devraient pas faire partir de ce gouvernement notamment Soumeylou B. Maiga, qui ne mérite pas le poste de la Défense, colonel Sada Samaké, Mme Berthe et même Tieman Hubert Coulibaly aussi. il fait parti des gens de la transition qui n’ont point changé la condition de vie des Maliens. Vraiment on a besoin des hommes intègres et intellectuels et pas des partis politiques.

Propos recueillies par

Bintou Maiga

Kadiatou Mouy Doumbia

(stagiaires)

Les Échos du 10 Septembre 2013