Partager

Le Mouvement pour un autre Mali (Mopam) a célébré, le samedi 24 juillet, à l’espace Culturel Bouna, son premier anniversaire. L’occasion pour les responsables d’annoncer la création d’un parti politique dans les mois à venir à côté de l’association. Un parti qui, selon eux, ambitionne d’être un parti fort et uni, un parti qui va porter la voix des masses et qui veut s’affirmer en dénonçant les dérives du pouvoir et en soutenant l’opposition. L’information a été donnée par le président de l’association, Adama Koli Coulibaly, ex-président des hôteliers du Mali au cours d’un point de presse.

Après une année d’existence, le Mouvement pour un autre Mali (MOPAM) aura dans un futur immédiat un parti politique à côté de l’association. Ce sont les ambitions que se fixent désormais ses adhérents.

C’est au cours d’une conférence de presse, tenue à l’espace culturel Bouna que son président, Adama Koli Coulibaly, a fait la confidence à la presse.

La rencontre a mobilisé les membres du bureau du mouvement. On pouvait, entre autres, noter la présence de Bassékou Doucouré, Secrétaire général, Belly Daitigui Diarra et Cherif Sissoko, membres du bureau.

Dans sa déclaration liminaire, le premier responsable du mouvement a souligné qu’il y a un an le Mopam arrivait sur l’échiquier national déjà bondé de nombreuses associations, partis politiques concurrents, divisés, éparpillés et qui rivalisaient le plus souvent, par des luttes intestines et fratricides.

Par conséquent, a-t-il indiqué que « nous avions alors la conviction que le devenir de notre pays devait être présenté en mieux. Aujourd’hui, notre conscience citoyenne et politique exige de nous un engagement plus dynamique et plus ferme au service de la patrie commune. C’est pourquoi les militants du Mopam ont décidé de créer, dans un futur immédiat, à côté de l’association, un parti politique pour la justice sociale, pour le progrès économique et social et pour la réhabilitation de nos valeurs sociétales ».

Et Adama Koli de poursuivre en affirmant que « les gens pourront à la longue découvrir ce groupe, savoir qui nous sommes à savoir des hommes et des femmes intègres, certes, aimant profondément leur pays et décidés à l’arracher de sa turbulence ».

Il s’agira, à travers ce nouveau parti, de transformer la société malienne vers davantage de liberté, de démocratie et de sécurité collective. En conclusion, il lâche ces quelques mots qui sont loin de sonner faux : « Si nous devenons un grand groupe, crédible, nous pensons que les gens nous respecteront et nous soutiendront. Le premier défi à relever sera d’approfondir leurs liens avec toutes les forces politiques de progrès avec le monde syndical et associatif ».

Auparavant, les conférenciers avaient présenté le bilan d’un an d’existence de leur association, la mise place des bureaux dans les régions de Ségou, Sikasso, Kayes et le cercle de Koutiala et ses avis sur la gestion du fond de la Sotelma, la vulgarisation du Code de la famille et sur la révision du projet de la Constitution.

Ramata TEMBELY

26 Juillet 2010.