Partager

Les bandits armés réunis à Alger pour refaire leur unité avec l’aide du gouvernement algérien

Le leader de la rébellion touareg au nord, le colonel Hassan Ag Fagaga, a affirmé hier que tous les chefs de l’Alliance démocratique malienne pour le changement devraient désigner de nouveaux responsables et de nouvelles structures pour faire face au conflit avec le gouvernement malien et aboutir à la relance de l’accord de paix d’Alger.

Dans un entretien avec le Jeune indépendant, le colonel Ag Fagaga, qui se trouve depuis samedi à Alger avec tous les chefs de l’Alliance, a fait savoir que l’objectif de ce mini-congrès dans la capitale algérienne est d’aboutir à une relance de l’AMD. «Il s’agit d’une affaire propre au mouvement tout à fait interne.

Il ne s’agit pas d’une initiative organisationnelle qui répond à une exigence malienne», a assuré le chef militaire des Touareg qui a fait savoir que l’autre chef rebelle touareg, Ibrahim Ag Bahanga, se trouvait également à Alger pour cette réunion inédite.

«Le rassemblement des chefs de l’Alliance s’inscrit dans l’option globale du règlement du conflit entre notre mouvement et le gouvernement de Bamako», a-t-il souligné, précisant aussi que les chefs se sont mis d’accord pour une restructuration du mouvement.

«Les structures vont être désignées ainsi que leurs responsables», a-t-il dit, ajoutant que la réunion est destinée à garantir de meilleures assises à l’Alliance et surtout à montrer à tout le monde que «nous sommes un mouvement unifié même si elle recèle de nombreux chefs».

Interrogé sur les résultats de la rencontre, le chef rebelle a fait savoir que les travaux sont dans une phase préliminaire et devront s’achever mercredi par une déclaration finale.

Le chef militaire touareg, qui s’est interrogé au sujet de l’information publiée par des journaux maliens faisant état de sa mort dans un affrontement près de Kidal, a souligné que le gouvernement algérien, parrain de l’accord de paix, a facilité la tâche pour la tenue d’un tel congrès.

Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, avait annoncé, lors du forum de l’ENTV, que l’Alliance démocratique malienne du 23 mai 2006 pour le changement, avec toutes ses composantes, se trouve à Alger, afin de se reconstituer pour aboutir à une mise en œuvre globale de l’accord d’Alger signé entre le gouvernement du mali et l’Alliance démocratique.

«Les différentes composantes de l’Alliance démocratique du 23 mai 2006 pour le changement se trouvent actuellement à Alger dans une tentative de se reconstituer, après s’être effritée pendant la phase de retrait de l’Algérie, en tant que facilitateur, et ce, pour une mise en œuvre globale de tous les aspects de l’accord, signé le 4 juillet 2006 à Alger par le gouvernement malien et l’Alliance démocratique», a-t-il dit.

Par ailleurs, le leader targui a accusé l’armée malienne de provocation en affirmant qu’elle a procédé à des perquisitions et à des agressions des populations de Kidal pendant que les chefs rebelles étaient absents.

Le Jeune Indépendant-23 Juin 2008, Alger

Le surtitre et le titre sont de notre rédaction.

24 Juin 2008