Partager

Le 15 juillet 2006, la Section syndicale de la douane a signé un protocole d’entente avec l’Etat à propos de 16 points de revendications. Les gabelous piaffent d’impatience et ne croient plus en la bonne foi des plus hautes autorités du pays. Huit mois après sa signature, le protocole n’est pas appliqué même à moitié. Les responsables ont dit par conséquent avoir déposé le 5 mars 2007 un préavis de grève de 72 h (du 21 au 23 mars 2007).
Le syndicat, qui a tenu mercredi une conférence de presse à la Maison des jeunes, a estimé que le retard d’exécution se situe aux points 1, 2, 4, 5, 7, 9 et 15.

Le point 1 porte sur l’intégration dans la fonction publique des agents contractuels, le statut du personnel de la douane et du plan de carrière et la restauration du corps des préposés. L’intégration dans la fonction publique des agents contractuels était prévue au plus tard pour le 1er janvier 2007. Le statut autonome doit être adopté au plus tard en fin mars 2007. Pour ce qui est de la formation et du perfectionnement, un accord a été trouvé sur la création d’une école ou d’un centre des douanes pour fin février 2007.

Le point 4 est relatif à l’alignement du traitement des agents des douanes à l’étranger sur ceux des entrepôts relevant du ministère de l’Equipement et des Transports. Il était prévu de formaliser les textes en septembre 2006 avec prise d’effet à compter du 1er janvier 2007.

Le point 5 avait fait l’objet d’accord pour la relecture de l’arrêté n°850/MF-SG du 23 mars 1976 sur le travail extralégal et a fixé l’exécution pour le 31 août 2006 au plus tard. Les points 7 et 9 tablaient sur la dotation en uniformes et la gestion du personnel avec la mise en place d’une commission paritaire. Enfin, le point 15 décidait de l’octroi d’un local pour permettre au syndicat de tenir ses réunions.

Le syndicat a fait savoir que rien n’a bougé jusque-là. « On ne nous prend pas au sérieux. Le souci d’exécuter le protocole n’a été manifesté à aucun niveau. Nous doutons de la bonne foi des autorités gouvernementales », a déclaré le 1er secrétaire général adjoint, Youssoufi Daga Maïga.

Le protocole d’entente, qui est à la base du préavis de grève, a été paraphé au forceps au plus fort de la crise de leadership qui opposait l’ancien secrétaire général, Bassirou Camara, qui s’est volontairement démis, et Yacouba Katilé, l’actuel secrétaire général. Le ministère de la Fonction publique a fait signer le document par son directeur administratif et un chargé de mission pour conjurer un préavis de grève déposé par Katilé et ses camarades.

Le document revêtu de ces signatures en plus de celle du représentant du syndicat, Allassane Ag Assadeck, ne porte pas de cachet. Est-ce volontairement fait pour ne pas engager l’Etat ? Toutefois, le président de la République Amadou Toumani Touré, qui ne veut pas souffrir de la contestation en cette période de précampagne ne va pour rien au monde laisser la situation pourrir. Il risque de tout donner, même ce qui n’est pas demandé, « takokélen » oblige.

Abdrahamane Dicko

08 Mars 07