Partager

Le Mali détient le triste record du corridor le plus corrompu dans l’espace Cédéao, comme il ressort, pour la quatrième fois, du rapport publié par l’Observatoire des pratiques anormales dans l’espace Cédéao.

L’Observatoire des pratiques anormales (Opa) suit régulièrement les pratiques nuisibles des forces de l’ordre au transit routier sur les axes inter-Etats. Le suivi couvre les « corridors Opa » que sont : Tema-Ouagadougou, Ouagadougou-Bamako et Lomé-Ouagadougou.

Ce rapport présente les résultats des données recueillies du 1er janvier au 15 juin 2008, soit exactement cinq mois et demi. « L’approche de l’Opa consiste à ne remettre les fiches d’enquêtes qu’aux chauffeurs routiers qui disposent de la documentation requise pour eux-mêmes et pour leur véhicule.

L’Opa s’assure en plus que le véhicule est en bonne condition physique et mécanique. En un mot, l’échantillon n’est constitué que de chauffeurs en règle vis-à-vis de la réglementation et qui, de ce fait, ne devraient être soumis à aucune pénalité. Enfin l’Opa utilise le voyage comme unité d’analyse des données. Nombre de points de contrôle par corridor », explique le 4e rapport.

Il ressort donc des études que le corridor Tema-Ouagadougou a la plus forte densité de barrières, soit au total 25,42 avec un ratio de 2,4 arrêts aux 100 km pour ce 1er semestre de l’année 2008, tandis que le corridor Ouagadougou-Bamako s’est illustré par la plus faible concentration (2,09) et plus particulièrement dans sa partie burkinabé avec un ratio de 1,27 aux 100 km. Il est à noter que les arrêts intempestifs sont dus en grande partie à la douane et à la police au Ghana et au Togo, à la gendarmerie au Mali.

Perceptions illicites

Les aspects étudiés ont trait aux prélèvements illicites, aux perceptions illicites par voyage ratio aux 100 km et aux temps de contrôle et retard induit par corridor.

A ce niveau, note le rapport, « le corridor Ouagadougou-Bamako a les perceptions les plus élevées avec 40 448 F CFA par voyage, cela est dû au Mali qui avec 29 052 F CFA bat le record des perceptions les plus élevées par pays et par corridor. Le corridor Lomé-Ouagadougou qui est à 22 368 F CFA enregistre moins de tracasseries » que le corridor malien. Tema-Ouagadougou reste « le moins pénible » avec 18 206 F CFA prélevés par voyage.

« Le Mali enregistre des perceptions illicites généralisées à tous les corps avec toutefois un niveau de perception plus élevé avec la gendarmerie » , peut-on lire dans le document. Pis, pour aller de Bamako à Ouagadougou, distant de 920 km, un transporteur en règle perd 2 h 24 minutes rien que pour des raisons qui n’en valent pas la peine. Ce temps est également le plus long dans l’espace Cédéao.

Comparé au 3e rapport produit en 2007, les tracasseries ont le plus augmenté sur le corridor Ouagadougou-Bamako. Pour ce qui concerne les perceptions illicites par voyage ratio aux 100 km, « le Mali malgré une forte baisse des taxes illicites (41 %), demeure encore et de loin le pays où les perceptions illicites sont les plus élevées ».

En conclusion, note le rapport, « des efforts considérables restent encore à faire et particulièrement au Mali qui détient le triste record des perceptions illicites les plus élevées. L’Opa invite donc les Etats à plus d’initiatives en vue de la réduction des pratiques anormales sur les corridors, afin de parvenir à une meilleure gouvernance ».

Espérons que les autorités maliennes l’entendront d’une oreille attentive.

Alexis Kalambry

19 Août 2008