Partager

Violation de la procédure d’approvisionnement par consultation, disparition de produits périmés et de stocks de médicaments, non-recouvrement de créances clients… Le constat a été fait par le Vérificateur général dans son dernier rapport rendu public le vendredi 30 juin 2007. Le tout se chiffre à plus de 98 millions de perte pour l’Etat.

Les vérificateurs qui ont fait le rapprochement entre le procès-verbal de destruction de médicaments périmés détruits et ceux qui sont soumis à l’inventaire pour la période 2003-2005 ont constaté un écart de 57 932 494 F CFA. La thèse de disparition de médicaments périmés est alors accréditée. Mais, le rapport ne précise pas si ces produits sont reversés sur le marché. Mais tout porte à le croire.

Une autre disparition, concerne cette fois-ci, des stocks de médicaments. Il s’agit de l’existence d’un écart global de près de 400 millions de F CFA entre les stocks théoriques du système de gestion informatique et les stocks physiques de médicaments pour les magasins centraux. Des manquants qui sont jusque-là injustifiés.

Autre phénomène qui a attiré l’attention de la mission de vérification, c’est qu’à la PPM, on a que dalle du recouvrement des créances. Les créances clients des exercices 2003, 2004 et 2005 sont estimées à plus de 573 millions de F CFA. Pis encore : les débiteurs n’ont jamais fait l’objet de relance ou a fortiori de recouvrement.

Plus de 98 millions de manque à gagner

Last but not least. La procédure d’approvisionnement par consultation restreinte est foulée au pied. En matière de consultation restreinte, l’une des dispositions prévoit que seuls les fournisseurs ayant participé au dernier appel d’offres sont consultés.

Pour un précédent marché d’appel d’offres, portant sur l’achat de l’Item 86 Polyvidine iodée 10 % flacon de 200 ml, annulé par la direction générale des marchés publics (DGMP), pour défaillance de l’attributaire, la PPM a lancé une autre offre de 90 000 flacons du même produit estimé à 49 millions de F CFA.

Trois laboratoires ont été consultés dont deux avaient été éliminés lors du premier marché. Un autre ayant participé au marché initial et qui était jugé moins disant n’a pas été consulté.

Les irrégularités décelées à la PPM ont créé un manque à gagner de 988 729 300 F CFA au Trésor public. De quoi donner du travail au procureur anti-corruption Sombé Théra, qui a eu le réflexe de dépoussiérer la théorie de l’autosaisine dans notre pays, dans la rocambolesque affaire de « la maîtresse du président de la République » en arrêtant un journaliste, quatre directeurs de publication et un enseignant.

Abdrahamane Dicko

05 juillet 2007.