Partager

Les combats qui ont éclaté dans la nuit de jeudi entre l’armée et des mutins ex-rebelles se poursuivaient vendredi matin dans la province instable du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC, près de la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda, a-t-on appris de sources concordantes. « La situation est mauvaise. Les mutins sont près de la cité de Bunagana. Les habitants qui avaient passé la nuit à Bunagana son partis ce matin en Ouganda », a confirmé à l’AFP un agent des services de renseignements du gouvernement congolais, basé dans cette localité proche de la frontière ougandaise. « Nous sommes toujours en Ouganda, il n’y a pas moyen qu’on rentre parce qu’il y a des affrontements. On entend toujours des tirs à l’armée lourde », a expliqué un habitant qui a fui dès jeudi soir en Ouganda avec sa femme et ses enfants, qui sont « traumatisés ». Les mutins interrogés se réclament du Mouvement du 23 mars (M23), un nouveau groupe militaire d’ex-CNDP revendiquant la pleine application des accords de 2009 et dirigé par le colonel Sultani Makenga, qui a déserté le 4 mai avec plusieurs dizaines d’hommes et regagné le territoire de Rutshuru, frontalier de l’Ouganda et du Rwanda. Les combats à l’arme lourde ont opposé forces loyalistes et mutins à Runyiony, près de Bunagana ainsi que de Kibumba, une localité à la lisière du parc des Virunga où serait retranché avec ses hommes le général Bosco Ntaganda, ex-chef d’état-major du CNDP. AFP