Partager

Regarder les films est devenu une habitude ou passe-temps du commun des mortels. Les films ont souvent divers genres notamment dramatique, pathétique ou souvent satirique. Le côté triste de certaines productions crée des émotions chez certains téléspectateurs qui les pousse à pleurer. Pourquoi pleurent-ils ? Partage d’émotions ou se faire plaisir ?

Les films sont souvent horribles « Film d’horreur » ou tristes. Ces qualifications ou styles imputés à ces œuvres imaginaires n’impactent aucunement certains téléspectateurs comme Djim Djibril. « Ça me fait rire quand les gens ont peur après avoir regardé un film ou qui pleurent parce qu’il est triste. Je m’en moque de tout ça parce que tous les films sont conçus à partir des idées fictives »; dit-il.

Cette conception n’est pas totalement partagée au sein de la classe des téléspectateurs. En effet, l’âme, le cœur et l’esprit des êtres diffèrent face aux situations. Si certains ne sont pas impactés d’aucune manière par les réalisations des cinéastes, en revanche, d’autres sont touchés directement surtout quand ils regardent le genre pathétique. Cet impact peut conduire aux pleures même si les films sont des mises en scènes. C’est le cas de Noura Tamsir qui verse des larmes à chaque fois qu’elle regarde un film triste sur Nollywood. Connue pour ce rôle, elle est surnommée par ses sœurs « pleure partout ». « Noura peut verser les larmes même quand on gifle une petite fille dans un film, elle est très sensible face à ces genres de réalisations. Je dirais aux cinéastes de Nollywood de ne plus produire de la tristesse dans leurs films, ainsi, ma sœur économisera ses larmes (rire) »; a avoué Nafissatou Demba, la sœur de Noura Tamsir.

Interrogée, Noura Tamsir ajoute qu’elle ignore les raisons qui la poussent à pleurer. D’après elle, c’est juste naturelles, ses émotions. « Je ne sais même pas pourquoi je pleure, mais je pleure quand même »; dit-elle.

Autre lieu, une autre réalité. Adam Diarra est aussi un jeune étudiant qui rejoint Noura Tamsir. A force de ne pas retenir ses larmes, et détester pour de bon les acteurs qui ont un rôle méchant dans les productions, il préfère s’en passer des films de caractère triste. « Avant de regarder un film, je cherche coûte que coûte à lire le synopsis. Et ce pour éviter de tomber sur les films dans lesquels on maltraite l’être humain. J’ai horreur de ça et je ne peux pas me retenir de pleurer »; confesse le jeune homme en regardant un film comédien.

Pour trouver une solution à ce problème qui peut s’avérer d’ailleurs un plaisir, l’unique solution est de se mettre en tête que les films sont imaginaires. « Les gens qui pleurent en regardant par exemple un film triste, c’est d’ailleurs très bon car, c’est l’objectif recherché par les cinéastes en l’écrivant. Ils (les cinéastes) essayent de jouer sur la sensibilité des téléspectateurs. Et les acteurs qui interprètent les rôles méchants ne sont pas en réalité méchant. Et pour éviter de pleurer, il faut juste se mettre en tête que le film est souvent imaginaire ou inspiré d’une réalité. Les cinéastes essayent juste de dénoncer certaines tares de la société »; a conclu Anna Timba, critique d’œuvre d’arts.

Un film est un vecteur de transmission de messages, le côté tristesse en fait partie pour exprimer le cri de cœur de la société dont le cinéaste constitue l’un des canaux les plus appropriés.

Adama SANOGO

@Afribone