Partager

Pour violation des textes et règlements du CNJ-Mali, à travers l’installation mardi 28 novembre, du bureau de Abdoulaye Touré dit  » Blo  » au siège du CNJ Mali, Alioune Guéye, qui réclame aussi la présidence du CNJ-Mali à l’issue du congrès de Tombouctou, projette de marcher avec ses partisans, la semaine prochaine, sur le ministère de la Jeunesse et des sports, pour non seulement réclamer la démission du ministre Hamane Niang, mais aussi déloger, de gré ou de force, le bureau de Abdoulaye Touré des locaux de la structure faîtière des jeunes.

C’est au cours d’une conférence de presse, organisée, le mercredi 29 décembre, à l’espace culturel Bouna sis à Hamdallaye ACI, qu’Alioune Guéye a fait cette déclaration. En effet, l’ancien secrétaire général du bureau sortant n’est pas allé de main morte pour pointer un doigt accusateur sur le ministre de la Jeunesse et des sports Hamane Niang, qui  » au lieu de s’investir pour l’unité de la jeunesse malienne mise à mal après le congrès de Tombouctou, s’efforce de créer un climat délétère au sein des jeunes « .  » Nous avons cru jusqu’au dernier instant au ministre Hamane Niang en pensant, comme il ne cessait de le dire, qu’il allait trouver une solution négociée entre les deux tendances pour trouver une issue heureuse aux différends nés lors du troisième congrès ordinaire du CNJ Mali à Tombouctou.

Il m’a rencontré à deux reprises pour soutenir cette option du dialogue. Mais, au moment où nous attendons l’issue de ces négociations menées par des associations de jeunes, à notre grande surprise, ce même ministre Niang procède, à travers ses services, à l’installation d’Abdoulaye Touré au siège du Conseil en violation des statuts et règlements intérieurs du CNJ. Cette décision du ministre prouve à suffisance qu’il n’est pas un homme de consensus et ne se soucie pas de l’unité et de la cohésion de la jeunesse malienne », regrette Alioune Guéye.

C’est pourquoi, ce dernier et ses partisans réclament, dans l’immédiat, la démission du ministre et celle du directeur national de la Jeunesse, Drissa Guindo.  » Il ne revient pas au ministre de nommer le président du CNJ-Mali, qui, par ailleurs, est élu par la jeunesse malienne. Nous sommes une organisation indépendante de la société civile et nous considérons le département comme un partenaire. Et nos relations s’arrêtent-là  » a-t-il précisé

Pour ce faire, Alioune Guéye et ses partisans entendent marcher, la semaine prochaine, sur le ministère de la Jeunesse et sur le siège du CNJ-Mali pour, disent-ils, déloger de gré ou de force le bureau de Abdoulaye Touré. Ces différentes marches seront également suivies par un meeting populaire. Toutes choses qui promettent des jours mouvementés au sein de la jeunesse malienne.

Il faut rappeler que le troisième congrès ordinaire du CNJ-Mali à Tombouctou a été sanctionné par la mise en place de deux bureaux parallèles. L’un dirigé par l’ex leader estudiantin et aujourd’hui chargé de Mission au ministère de la Justice, Abdoulaye Touré.

Son bureau, dont la mise en place a été présidée par le gouverneur de Tombouctou et le directeur national de la Jeunesse, est reconnu par les autorités. Et l’autre bureau, présidé par Alioune Guéye, ancien secrétaire général du bureau sortant du CNJ réfute cette certification, tout en rappelant que le CNJ est une organisation de la société civile et non un service rattaché au ministère de la Jeunesse et des sports.

Kassoum THERA

31 Décembre 2010.