Partager

Le visionnaire Amadou Hampâté Bâ a dit que les vieillards sont des bibliothèques. Par là, il veut expliquer aux uns et aux autres qu’il faut prendre soin d’eux, les écouter, les fréquenter et prendre des conseils auprès d’eux pour ne pas s’égarer dans la vie. Ce conseil précieux du sage malien est toujours d’actualité pour le monde entier, notamment pour les Maliens en cette période très critique pour notre pays avec son corollaire de crise sécuritaire depuis 2012 qui a ravagé des villages entiers, provoqué les déplacements de milliers de maliens dans les pays voisins, enregistré des morts incalculables (maliens et étrangers). Il (le conseil) reste d’actualité avec la démarche participative et inclusive que viennent d’adopter les autorités de la transition afin d’aboutir à la refondation du Mali.

Ainsi, Dr. Choguel Kokalla Maïga a entamé, dès sa prise de fonction à la primature, des visites aux différentes sensibilités du pays pour prendre conseil auprès d’elles, ensuite leur expliquer les priorités de son gouvernement axées sur la sécurisation du territoire national, l’apaisement du climat social, l’organisation des élections crédibles, transparentes et incontestables, les réformes politiques et institutionnelles.

De ce fait, il s’est rendu chez ses prédécesseurs premiers ministres, a rendu visite aux membres du Conseil national du patronat du Mali (CNPM), aux familles fondatrices de Bamako, aux leaders religieux (Haut conseil islamique, églises protestante et catholique), aux syndicats des travailleurs, au président de la Cour suprême et celui de la Cour constitutionnelle, au Haut conseil des Collectivités territoriales, rencontré des experts nationaux des élections, etc. Ses ministres lui ont aussi emboité le pas en se déplaçant pour aller au sein des institutions, des partis ou regroupements des partis politiques, etc., pour ne laisser personne au bord de la route afin de faire de la transition un succès et mettre en place, des autorités légitimes qui seront élues en février prochain.

Toutes ses initiatives de Choguel et ses ministres sont à saluer et à encourager. Mais Choguel Kokalla Maïga et son équipe ne sauraient réussir cette mission, ils risquent de passer à côté de la plaque de leur démarche participative et inclusive, si les personnes âgées du Mali ne sont pas approchées pour prendre conseil auprès d’elles. Il est vrai que parmi les différentes couches visitées, notamment les notabilités de Bamako, les religieux, il y a des vieillards. Mais cela ne doit pas être un argument pour occulter les vieilles personnes logées à la Maison des Aînées de Bamako.

En les associant, les écoutant avec leurs expériences de la vie, c’est sans aucun doute, qu’on pourrait se servir de leurs idées, propositions pour la refondation dont on parle. Comme dit l’adage : « Mieux vaut tard que jamais. » Espérons que le premier Ministre Choguel Kokalla Maïga, homme averti, bouclera ses visites avec ces vieillards qui sont des bibliothèques pour lui, pour les Maliens et pour le Mali, bien entendu, avant que la «bibliothèque ne brûle », comme dit Amadou Hampâté Bâ.

Hadama B. Fofana

Source: Le Républicain