Partager

Dix jours seulement après sa nomination, le ministre des Affaires étrangères, Tiéman Coulibaly, agit vite et bien. Moins de 72 heures après sa nomination, il recevait Saïd Djinnit, représentant spécial de Ban Ki Moon pour l’Afrique de l’ouest.  » Le temps nous est compté et les chantiers sont nombreux » répondait-il. Et bien, il a confirmé ces ambitions lors de sa première sortie à l’extérieur car non seulement il a assuré une représentation de qualité du Mali au sommet des non-alignés à Téhéran, mais en plus, il a mené une série de contacts importants qui remettent la diplomatie malienne sur orbite

De retour du sommet des non-alignés de Téhéran, le ministre des Affaires étrangères, Tiéman Coulibaly, était l’invité du journal Afrique de la télévision francophone TV5- Monde, où il a eu l’occasion d’exprimer toute sa satisfaction par rapport à la participation du Mali à ce sommet car «le rapport final du sommet intègre les préoccupations du gouvernement. Une condamnation claire et nette des atrocités commises à Aguel hoc, de la destruction de notre patrimoine historique, un rejet de la déclaration d’indépendance du Mnla, la réaffirmation de l’intégrité territoriale et de l’unité du Mali, un soutien ferme au gouvernement d’union nationale » a-t-il expliqué.

C’est vrai qu’à Téhéran, la délégation malienne a su transformer sa présence à ce sommet en une véritable opportunité de communication et de plaidoyer pour le Mali. Ce qui sort la diplomatie malienne de la torpeur dans laquelle elle était plongée depuis le coup d’Etat du 22 mars 2012, pour la rendre pro active. Des contacts intéressants ont été noués par le ministre des Affaires étrangères dont l’un des plus importants reste la rencontre avec Ban Ki Moon, le secrétaire général des Nations unies, le vendredi 31 août à 10h 30 à l’Hôtel Parsian Hazadi de Téhéran où le patron des Nations Unies avait installé sa délégation.

Pendant 45 minutes ils se sont entretenus sur la coopération entre le Mali et les Nations Unies. Le chef de la diplomatie malienne, après avoir exposé les récents développements de la situation au Mali et donné le point de vue du gouvernement d’union nationale, a demandé une reprise rapide de la coopération technique et économique.

Selon une source diplomatique, Tiéman Coulibaly a réussi un grand coup car Ban Ki Moon s’est réjoui de cet entretien et a renouvelé sa proposition de fournir un appui immédiat pour le renforcement des capacités institutionnelles des organes de la transition, avant de confirmer qu’il désignera un représentant spécial pour le Sahel dans les jours à venir.

Déjà bien requinqué par le soutien du secrétaire général des Nations unies, le Ministre Tieman Coulibaly a rencontré ensuite, successivement, son homologue égyptien, le vice-président de la République Fédérale du Nigeria, le ministre délégué aux Affaires étrangères du Maroc et le président en exercice de l’Union Africaine Yayi Boni, président du Bénin. Il a demandé le concours de ce dernier pour la levée des sanctions de l’Union Africaine.

Selon une source diplomatique, le Ministre des Affaires étrangères et de la coopération a laissé une très forte impression chez tous ses interlocuteurs décidés à soutenir le gouvernement d’union nationale pour relever les défis dont essentiellement la libération du nord du Mali. Mais pour ce faire, précisons-le, il a tenu à souligner la nécessité du renforcement des capacités de l’armée et de la reprise de la coopération technique et économique, tout en fixant le cadre de la coopération et de la gestion de la crise avec les Nations unies. Ce qui est salutaire.

Nouhoum DICKO

Le Prétoire du 03 Septembre 2012