Partager

Le ridicule ne tue plus au Mali. Pour une histoire de confection des cartes scolaires des candidats à l’examen du Diplôme d’études fondamentales (DEF), le Directeur du Centre d’animation pédagogique (CAP) de Ouéléssébougou, Seydou Togola, nommé il y a à peine un an, relève le Directeur du second cycle de Seguessona, Fousseyni Samaké.

Comme à l’accoutumée, les directeurs des seconds cycles de l’Enseignement fondamental s’occupent de la confection des cartes scolaires des candidats au DEF. Mais à Ouéléssébougou, le Directeur du Centre d’animation pédagogique ne semble pas l’entendre de cette oreille. Ainsi, il a retiré le marché de photos à tous les directeurs d’école de son ressort, au motif que la décision vient d’en haut. C’est-à-dire de l’Académie de Kati. Mais il a été buté à la résistance d’un directeur qui veut que les choses se passent dans les règles de l’art. Il s’agit du Directeur de Seguessona, Fousseyni Samaké. Après que celui-ci ait attribué le marché à un photographe, M. Togola s’est battu pour l’annulation dudit marché. Car, selon nos sources, il avait dépêché un photographe depuis Bamako pour l’exécution de tous les marchés de photos d’identité scolaire à Ouéléssébougou. Mais le Directeur d’école, Samaké, n’ayant reçu aucune décision venant de l’Académie, a refusé de se soumettre au diktat de son patron, lui demandant de montrer cette fameuse décision pour qu’il se plie aux exigences.

Cela a été perçu par le Dcap comme un manque de respect à son égard. Ainsi, il a convoqué M. Samaké au CAP pour tenter à nouveau d’imposer l’exécution de son nouveau projet. Faute de quoi, il le relèvera de ses fonctions de directeur. Ce dernier a insisté pour qu’on lui fournisse le document instituant cette nouvelle règle de confection des cartes scolaires. Selon nos sources, cette insistance a causé une crise de colère de Seydou Togola. «Sur un ton menaçant, il a instruit au Directeur d’école de disparaitre de son champ visuel. Si tu ne me connais pas, Diarrassouba Mamadou, Secrétaire à l’organisation et à la mobilisation du RPM, me connais. J’ai 63 ans, mon premier fils en a 37. Je sais ce que c’est une lutte syndicale. J’ai une longue expérience en la matière. Si tu ne fais pas mon affaire, je te relève de tes fonctions», hurlait-il. Selon l’entourage de Fousseyni Samaké, celui-ci était dans une logique d’exécuter correctement toute décision pédagogique édictée par sa hiérarchie. Mais refusait de se soumettre à une dictature provoquée par la boulimie de qui que ce soit. Une semaine plus tard, le Directeur du Cap a sorti une note de service à l’insu de tous ses conseillers pour relever le Directeur de l’école de Seguessona, nommé lui aussi il y a seulement un mois.

Joint par téléphone, M. Togola a indiqué que cette décision est une initiative personnelle qu’il a adoptée pour bon déroulement de l’examen du DEF. Car, dit-il, lors du DEF, les surveillants avaient du mal à accepter certains candidats. Parce que les photos de leur carte scolaire étaient soit invisibles ou mal formées. «Pour endiguer ce problème, j’ai décidé d’harmoniser les photos dans mon centre en amenant un photographe professionnel qui devrait conclure son marché avec les différents directeurs. Ce qui n’a pas été accepté par M. Samaké», a précisé Seydou Togola.

D’autres sources nous signalent que le Directeur de Cap est impliqué dans plusieurs autres affaires extra-pédagogiques à Ouéléssébougou. Notamment, la gestion du fonds Adars. C’est un fonds alloué aux Comités de gestion scolaire (CGS) qui l’utilisent pour gérer les petits problèmes de l’école. Mais, le «tout-puissant» Dcap aurait demandé à chaque comité de lui donner 5000FCA. Nous y reviendrons dans nos prochaines parutions.

Oumar KONATE

Le Prétoire du 28 Novembre 2013