Partager

1-10.jpgIl était près de 20 heures et en cette nuit, Rachelle juchée sur sa motocyclette rentrait chez elle certes fatiguée mais heureuse et pleinement satisfaite de l’heure qu’elle venait de vivre. Une heure qui fut riche, remplie d’émotions fortes.

Elle y réfléchissait avec tendresse lorsque à quelques pas du six-mètres qui mène chez elle, un monsieur avec sa moto, vint lui faire une queue de poisson l’obligeant à freiner en catastrophe. Elle n’eut pas le temps de s’indigner de cette cavalière manière de conduire que l’homme se présentait déjà comme étant de la brigade des mœurs de la police nationale.

Sur ce, il lui demanda de lui remettre sa pièce d’identité. Visiblement dépassée par le ton autoritaire de l’inconnu, Rachelle fouilla son sac et lui remit la pièce exigée. L’homme lui demanda alors, d’où elle venait.
De la ville, répondit Rachelle.

« D’où en ville, c’est vague -là ? »

« J’étais chez des amis« , lui expliqua-t-elle. La réplique de l’inconnu fut sèche.

« Vous mentez mademoiselle, vous étiez dans une chambre de passe au secteur 17. Vous y étiez avec un homme qui est parti en voiture. Depuis je vous suis et j’ai finalement réussi à vous coincer ici. Vous n’êtes pas de Ouagadougou, non ? »

« Si« , répondit timidement Rachelle.

« Ah bon! Et vous ne savez pas que le maire Simon Compaoré a interdit la fréquentation des chambres de passe ? »

Silence de Rachelle. Alors, il lui ordonna de le suivre au commissariat central; ce qui finit par affoler la malheureuse qui ne savait plus que dire. Quelque chose que tu es allée faire en cachette, si cela doit maintenant arriver à la police, ce n’est pas la catastrophe, ça ? Pour Rachelle c’était plus grave encore, car elle vivait chez son fiancé et qu’ils étaient arrêtés dans le six-mètres de celui-ci.

Prise de panique
Admettons seulement qu’il les surprenne elle et le monsieur, que croirait-il ? Et s’il apprenait la raison de leur conversation ? Rachelle n’osait pas penser aux conséquences d’une telle éventualité. Aussi, supplia-t- elle l’homme de lui faire grâce car on ne l’y reprendrait plus.

Mais ce policier-là était du genre têtu; d’ailleurs, il avait la pièce d’identité entre les mains.

« Ou c’est le commissariat, ou c’est l’amende sur place« .
Rachelle se précipita sur cette perche; « c’est combien l’amende ?  »

« Vingt mille francs ! »

2-6.jpgC’était bien plus que ce qu’elle ne possédait. Son amant lui avait donné 5000 F pour son essence. Elle proposa cette somme au monsieur.

Celui-ci lui demanda si elle se moquait de lui. Il commença à élever la voix, à vouloir lui faire des reproches sur son manque de moralité en cette période triomphale du Sida… C’est alors que Rachelle eut une idée qui allait lui permettre de s’éloigner de son six-mètres et de se mettre à l’abri d’oreilles un peu trop curieuses. Elle proposa au prétendu policier de l’accompagner chez son type dans un autre secteur de la ville afin que lui aussi participe à payer l’amende. Lorsqu’ils y arrivèrent, l’amant était dans sa boutique avec son épouse et deux de ses employés. Rachelle se tint dans un coin obscur et l’homme entra dans la boutique d’où on ne sait comment, il réussit à faire sortir l’amant et à le conduire jusqu’à Rachelle qui lui résuma la situation.
L’amant boutiquier jeta un rapide coup d’œil vers son commerce et s’étant assuré que Madame ne le surveillait pas, sortit son portefeuille, en tira trois billets de 5 000 F qu’il remit furtivement à Rachelle avant de rebrousser chemin vite fait comme s’il venait de rencontrer le diable. Rachelle complèta la somme, la remit au monsieur et récupéra sa pièce d’identité. Contre toute attente, le monsieur après avoir empoché les 20 000 FCFA éclata d’un gros rire en démarrant sa moto. Il venait de plumer des pigeons. Et ça Rachelle du coup, l’avait compris. Voici pourquoi elle est venue sans honte me raconter sa mésaventure à charge pour moi à travers cette chronique, d’avertir de l’existence de cette race d’escrocs.

Voilà qui est fait. Mais Rachelle, entre nous, ne crois-tu pas que quelque part tu mérites ce qui t’est arrivé ? Tu as trompé ton fiancé qui, à la maison, s’occupait de votre enfant. 20.000 F et des sueurs froides, c’était cela le prix à payer.

Sacré Seydou Ouédraogo / Sidwaya