Partager

Cette décision qui vise à conforter la contribution de la politique monétaire à la stabilité macroéconomique, s’inscrit dans un contexte marqué par des inquiétudes suscitées notamment par l’évolution prévisible des prix au sein des Etats membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), de nature à entraver la réalisation de l’objectif de stabilité des prix, et, par conséquent, d’une croissance économique saine et durable.

La décision prise par la Banque Centrale intervient dans un contexte marqué, au plan international, par des préoccupations liées à la hausse soutenue des cours mondiaux du pétrole qui ont atteint des niveaux records.

Cette dynamique, qui affecte le pouvoir d’achat des populations et la situation des finances publiques, constitue un facteur supplémentaire de tensions sur les prix dans l’Union.

L’environnement international est également marqué par l’augmentation progressive des taux directeurs des principales banques centrales, motivée par la persistance des tensions inflationnistes.

La hausse du loyer de l’argent à court terme sur les marchés étrangers des capitaux qui en découle, est susceptible de réduire l’impact des efforts menés en vue du maintien et de l’allocation optimale des ressources dans l’Union,

Le relèvement des taux directeurs de la BCEAO contribuera à la maîtrise de l’inflation au sein de l’UMOA et, partant, à la sauvegarde de la compétitivité des économies des Etats membres.

Fait à Dakar, le 23 août 2006
La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest

1 septembre 2006.