Partager

Les acteurs prônent l’application du système de la sanction des fautes et de la récompense du mérite

Veiller à l’application stricte des textes juridiques et moraux en vigueur réglementant l’accueil dans les établissements de santé, élaborer un guide sur le bon accueil dans les établissements de santé, assurer le suivi et l’évaluation de l’application des textes juridiques et moraux, appliquer objectivement le système de sanction des fautes et de récompenses des mérites, impliquer les organes consultatifs et de gestion dans l’organisation de l’accueil, telles sont, entre autres, les recommandations sorties des trois jours de travaux ayant regroupé les responsables des structures sanitaires publiques que privées.

Cet atelier de réflexion sur le défi du bon accueil dans les établissements de santé a été initié par le ministère de la Santé à travers l’Agence nationale d’évaluation des hôpitaux (ANEH).

Il a regroupé les différents responsables des structures sanitaires venant des huit régions du Mali, des représentants du ministère du Développement social, de la solidarité et des personnes âgées et celui du ministère de la Communication et des nouvelles technologies, de la société civile, des représentants des syndicats de la santé, des ordres professionnels de la santé et des associations des consommateurs.

L’ouverture des travaux, qui a eu lieu au Centre International des Conférences, était présidée par le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré.

Dans son allocution ce dernier a, tout d’abord, rappeler que la politique nationale de santé, telle que définie par la Loi d’orientation sur la santé, repose sur les principes fondamentaux d’équité, de justice, de solidarité, de participation de la population et de la société civile.

Elle contient, a cet effet, des objectifs qui légitiment la promotion des attitudes et comportements favorables à la santé et au bien-être de la famille et l’utilisation efficiente des services de santé, notamment par des actions d’information, d’éducation et de communication. Et depuis le cadre institutionnel de l’action publique en matière d’accueil ne cesse de se renforcer, a -t-il déclaré.

Avant de faire état de la promulgation de textes législatifs et réglementaires comme la loi sur l’exercice des professions sanitaires et les codes de déontologie subséquents, la loi régissant les relations entre l’administration et les usagers des services publics, la loi d’orientation sur la santé et la loi hospitalière.

« Malgré ces dispositions législatives et réglementaires, on constate que réserver un bon accueil demeure un problème crucial dans les établissements de santé tel qu’il ressort de plusieurs études et enquêtes menées. La qualité non convenable de l’accueil engendre diverses conséquences dont une sous -utilisation des services de santé et la perte de confiance des usagers, voire leur résignation » a appuyé le ministre.

Ibrahima Oumar Touré fera remarquer que « le bon accueil est une partie intégrante de la prise en charge des soins dans la mesure où il doit intégrer le stress inhérent aux établissements sanitaires publics et privés, lieux où règnent la maladie, la souffrance et donc l’angoisse.

C’est pourquoi, conformément à la vision du Programme de Développement Economique et Social du Président de la République, Amadou Toumani Touré, mon département a élaboré une feuille de route dans le cadre du renouveau de l’action publique pour la période 2008-2012.

Le renouveau de l’action publique est l’ensemble des activités développées par les ressources humaines de l’administration publique et centrées sur la satisfaction, en temps voulu, du citoyen »

Ramata TEMBELY

08 Juillet 2008