Partager


Le syndicat des gabelous menace d’aller en grève les 24 et 25 juillet


Le récent recrutement dans l’administration douanière de 300 agents contractuels, toutes catégories confondues, excepté le corps des inspecteurs, a servi de prétexte à la section syndicale des Douanes pour rompre le silence dans lequel elle s’était installée depuis un certain temps. En effet, elle a tenu, hier mardi 15 juillet, une conférence de presse à la Bourse du travail.

Elle menace d’aller en grève les 24 et 25 juillet si ses trois doléances ne sont pas satisfaites. Il s’agit de l’abrogation des décisions mettant à la disposition de la Douane les 300 agents cités plus haut, du statut autonome de l’administration de la Douane et de l’intégration de 300 autres agents contractuels des Douanes, un dossier qui traîne depuis les années Alpha Oumar Konaré.

Nous avons signé un protocole d’entente avec le gouvernement, le 15 juillet 2006, avec un délai de mise en œuvre prévu pour janvier 2007. A la date d’aujourd’hui, le calendrier d’application n’a été respecté par le gouvernement.

Le statut autonome de l’administration des douanes, l’intégration des 300 agents contractuels des douanes ne sont toujours pas une réalité. Au même moment, le ministre du Travail et de la Fonction Publique procède à un vaste recrutement d’agents contractuels (agents de constatation, contrôleurs et inspecteurs journaliers) en violation des règles établies par le décret 038/PRM du 27 janvier 2000».

Ces propos ont été tenus par le Secrétaire général de la section syndicale de la douane, Yacouba Katilé, lors de la conférence de presse qu’il a animée hier, mardi 15 juillet, à la Bourse du travail. Il s’en est pris à deux ministres : Me Abdoul Wahab Berthé de la Fonction Publique et Abou – Bakar Traoré des Finances.

Ces deux responsables du gouvernement sont considérés comme étant à la base du malheur des douaniers. Le patron du syndicat de la douane reproche au premier d’avoir violé certains textes relatifs au recrutement des contractuels et d’avoir institué au «sein de notre administration certaines appellations de corps, notamment agents de constatation, contrôleurs et inspecteurs journaliers.

Ces mesures sont de nature à confondre les responsables de notre administration dans l’exercice de leur autorité (gestion du personnel) et à saper profondément le moral de nos travailleurs et, du coup, obliger la section syndicale à s’insurger contre ces pratiques bannies dans un Etat de droit».

Le Secrétaire Yacouba Katilé de laisser entendre que ce sont les régionaux qui «nous ont interpellé sur cette vague de recrutement» pendant que la «promotion interne est foulée aux pieds». Pour Katilé, le cadre organique de la douane dépasse l’effectif prévu.

Quant au Secrétaire aux revendications, Iboune Maïga, la section syndicale de la douane n’a pas à s’opposer à un recrutement étatique s’il est fait dans les normes des textes. «Celui de la douane dépasse tout entendement parce que les textes ont été violés» a t-il déclaré.

Et le Secrétaire général adjoint du syndicat d’ajouter que «le personnel recruté n’est pas de qualité». En réalité, le syndicat mène un combat de personne dans la mesure où nombreux sont les contractuels de la douane qui ont été recrutés dans les même conditions. Depuis plusieurs années, le recrutement se fait de la même façon.

Cette pratique est devenue une tradition. En effet, chaque année, les départements ministériels expriment des besoins et sur cette base des contractuels sont recrutés dans les différents corps demandeurs.

La douane reçoit le plus grand contingent parce que c’est là où l’on peut rapidement amasser de l’argent. La section syndicale actuelle veut, en fait, protéger son gagne-pain qu’il n’entend partager avec personne.

Sinon, depuis janvier 2007, le statut autonome de l’administration des douanes et l’intégration des 300 agents contractuels des douanes devraient être une réalité dans le cadre du protocole d’entente.

Cependant, la section syndicale est restée bouche cousue et a été incapable d’observer un abandon de travail. Avec le nouveau recrutement, le prétexte est tout trouvé pour menacer d’aller en grève pour une cause déjà perdue. Parce qu’elle sait que le gouvernement ne reviendra jamais sur les décisions de recrutement qu’il a signées.

La question que l’on est en droit de se poser est de savoir pourquoi, c’est seulement aujourd’hui que la section syndicale s’insurge contre un tel recrutement ? Il semble que c’est le tout nouveau directeur général de la douane, Amadou Togola, qui ait protesté contre la venue des agents contractuels.

Il a adressé une correspondance à son département de tutelle dans ce sens. N’ayant pas eu satisfaction, il a refilé le dossier au syndicat qui en fait actuellement son cheval de bataille.

Il nous est revenu que tout le noyau dur de la douane et même le personnel subalterne sont contre des recrutements dans leur corps parce que, de plus en plus, l’argent qu’ils se partagent se fait rare. Ils ne souhaitent donc pas que leurs rangs soient grossis.

C’est pourquoi, ils font feu de tout bois pour se dresser contre les nouveaux venus qui ne sont guère les bienvenus.

Chahana TAKIOU

16 Juillet 2008