Partager

siaka-2.jpgLes travailleurs maliens des secteurs public, para-public et privé vont observer une grève de mardi 26 juin à mercredi 27 juin, à l’appel de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), principale centrale syndicale du pays. Et ce, malgré les négociations qui ont débuté le mardi 19 juin au ministère de la Fonction publique avec les autorités.

Déjà, depuis le 18 juin passé, les unions locales dans les 42 cercles et les unions régionales dans les 8 régions avaient reçu le mot d’ordre de grève et étaient en train de mobiliser leurs troupes. A Bamako, les 13 syndicats nationaux avaient également commencé à galvaniser leurs militants.

Aussi, à cause de ces deux jours de grève, la plupart de vos quotidiens ne paraîtront pas !

Le 24 mai 2007, l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a déposé un préavis de grève de 48 h allant du 26 au 27 juin 2007. C’est ainsi que, mercredi passé, à la Bourse du travail, le secrétaire général de l’UNTM, Siaka Diakité a animé une conférence de presse sur le cahier de doléances en 20 points, déposé sur la table du gouvernement et du patronat. Siaka Diakité s’est dit outré du sort que le gouvernement et le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) font subir aux travailleurs maliens.


Les syndicalistes donnent de la voix


Les revendications prennent en compte les préoccupations de chacun des travailleurs, qu’ils soient du public, du parapublic ou du secteur privé et prennent même en compte les aspirations des travailleurs partants volontaires à la retraite ou même les consommateurs, selon Siaka Diakité.

L’UNTM, exige entre autre, l’augmentation générale des salaires (différente de l’augmentation du taux de la grille indiciaire appliquée en janvier 2007), la diminution du taux de l’impôt sur les traitements et salaires (ITS), la baisse des tarifs d’électricité, d’eau, du téléphone, des prix des produits pharmaceutiques, des hydrocarbures, demande à fixer le prix des produits de première nécessité à un seuil compatible avec les revenus des consommateurs…

En effet Siaka Diakité d’affirmer que : « On va aller en grève parce qu’on est en face d’un gouvernement et d’un CNPM peu soucieux des préoccupations des populations ».

Siaka Diakité avait alors jugé la grève inévitable les 26 et 27 juin prochains en appelant à la satisfaction des 20 points de doléances contenus dans le préavis de grève en date du 24 mai 2007. « Tous les points du cahier de doléance sont importants et nous demandons leur entière satisfaction », a-t-il expliqué.

Par rapport au bas niveau des salaires, Siaka Diakité a décrié la situation actuelle : « Le salaire doit être fixé en fonction du coût de la vie. Le SMIG malien ne peut même pas payer un sac de riz gambiaka à 35 200 F CFA, dont j’ai une facture ».

Affirmation a été faite par le secrétaire général de l’UNTM, qu’ils ne prendront personne en otage comme ils n’accepteront pas non plus d’être tournés en bourrique. « Nous ne serons jamais un anti-pouvoir, mais un contre-pouvoir, qui va revendiquer sans compromission », a-t-il martelé.

En cas de non-satisfaction de la totalité de ses doléances, l’UNTM compte reprendre la grève.

LES DOLEANCES DE l’UNTM

1. Faire avancer les fonctionnaires qui, à la veille de leur départ à la retraite, ont bénéficié au moins de la notation « Bon » ;

2. Faire payer les arriérés de salaires, les indemnités de licenciement, Ies fonds de réinsertion et les droits des travailleurs des sociétés et entreprises d’Etat ainsi que le contenu de l’accord entre le gouvernement et l’Association des travailleurs partants volontaires à la retraite ;

3. Faire baisser les tarifs d’eau, d’électricité, de téléphone, des produits pharmaceutiques et des hydrocarbures ;

4. Faire amener les prix des produits de première nécessité à un seuil compatible avec les revenus des consommateurs ;

5. Faire relire le décret instituant le service minimum en cas de grève ;

6. Faire diligenter la relecture des conventions collectives ;

7. Faire publier le bilan de la privatisation ;

8. Faire renforcer les mandats des responsables syndicaux en les protégeant contre certains abus : Transrail, Somapil, Graphic Industrie, Betram-SA, Métal-Soudan ;

9. Faire revoir la contractualisation des emplois dans la fonction publique d’Etat et réexaminer l’équilibre des grilles par catégories (douanes, éducation, santé…) ;

10. Faire accorder une subvention conséquente à l’UNTM ;

Il. Faire diminuer l’impôt sur les traitements et salaires (ITS) ;

12. Faire augmenter le taux des allocations familiales ;

13. Faire octroyer une indemnité de départ à la retraite à tous les travailleurs du secteur public, privé et para public ;

14. Faire diligenter les processus de privatisation de la Sotelma et l’application du plan stratégique de relance de l’ONP adopté par le gouvernement le 4 janvier 2006 ;

15. Faire diligenter la réinstauration du fonds minier ;

16. Faire renforcer et étendre la protection sociale à l’ensemble des travailleurs ;

17. Faire revoir les politiques d’ajustement structurel en vue de leur adaptation réelle aux besoins du pays ;

18. Revoir les conditions de privatisation de la CMDT ;

19. Accorder une augmentation générale de salaires aux travailleurs du secteur privé, parapublic et public ;

20. Faire élaborer au niveau tripartite un chronogramme de mise en œuvre de l’Agenda du travail décent.

26 juin 2007.