Partager

Sur les affiches de campagne du candidat du PACP, Yeah Samake, «The American boy», ont peut lire sur certaines «Tournons la page de 20 ans de corruption…» Et voilà même qu’avant la fin de la campagne l’homme se fait prendre la main dans le sac.

Aux USA, où Yeah Samaké a passé une partie de sa vie, a refusé de payer les taxes ou les impôts équivaudrait certainement à un crime très dangereux. Mais, voilà qu’il s’est permis avec tous ses billets verts, refusé de payer ne serait ce que les taxes pour les affiches de sa campagne présidentielle.

En effet, l’homme avait rempli le couloir près de l’hôtel Olympe de ses affiches grandeur nature comme un boss depuis plusieurs jours, mais le lundi dernier elles ont toutes été enlevées. Il parait qu’il n’avait pas payé un centime à la mairie pour cela comme les autres, a-t-il fait exprès de duper les services publics ou c’est un oubli ?

En tout cas, les deux cas nous montrent que le candidat Yeah Samaké ne sera pas un bon président, car soit il sera le président «corrompu» qui ne paye pas ses taxes et impôts ou il sera le président qui oubliera même ses priorités prioritaires.

A suivre donc !

————————————————————————–

Eli Poudiougou et les présidentielles : «Les raisons de mon retrait…»

Le coordinateur du Parti pour le développement économique et la solidarité (PDES) du cercle de Koro, M. Eli Poudiougou, nous a expliqués les raisons de son retrait des présidentielles de juillet 2013. Candidat aux préliminaires du parti PDES il y a plusieurs semaines, Eli avait annoncé son intention d’aller en indépendant à la suite de la décision de son parti de ne pas présenter de candidat à ces élections présidentielles pour des raisons internes.

Voilà qu’à travers un échange, le cadre du PDES, M. Eli Poudiougou nous a expliqués pourquoi il s’est retiré de lui-même de la course pour la présidence de la république.C’est à la suite d’une longue réflexion que j’ai décidé de me retirer de la course, et cela tout simplement pour le respect au peuple malien. Quand j’ai vu les actes de certains «vieux politiciens» qui ont été à tous les postes de responsabilités dans ce pays, qui n’ont rien pu faire et qui viennent prôner le changement, je me dis que ce n’est pas la peine.

Je voudrais bien demander aux maliens d’ici et d’ailleurs de bien réfléchir par rapport au passé même récent de ces candidats, vous trouverez que les 80% ont été récemment dans les grands de responsabilités de l’Etat et à des endroits ou ils pouvaient tout décider, mais qu’est ce qu’ils ont fait ? Je réponds, RIEN.

Quand je lis certaines affiches de campagnes dans les rues, je manque de mots, parce que c’es du n’importe quoi… Les gens doivent faire énormément attention, car ces élections représentent plus que l’élection d’un président de la république mais la relance même de notre pays…»

CODEM et les présidentielles : Qui finance la campagne de Poulo ?

Bamako est une ville bizarre où tout qui se dit ou qui se fait, se sait. Mais pourquoi ? Cette qualité extraordinaire des Bamakois fait que la plupart n’arrive pas à trouver un travail stable.

En effet, la dernière nouvelle (pas trop fraiche) faisait cas du financement de la campagne du jeune «dogonon» aux élections présidentielles du 28 juillet prochain. Selon ces folles rumeurs, la campagne électorale de la CODEM dont le président se fait appelé Poulo, serait financée par une personne pour des raisons méconnues des on-dit» de la capitale.

Poulo, lui, qui est si jeune et si dynamique faisant partie du groupe de candidats qui exige le changement générationnel, accepterait-il de duper son électorat pour de l’argent ? Nous n’y croyons rien. Mais une question taraude quand même notre esprit : d’où provient l’argent de la campagne de la CODEM ? Et la provenance du financement de tous ces véhicules neufs (4×4) aux couleurs de la CODEM à travers le Mali pour la campagne?

En tout cas c’est beaucoup d’argent pour les revenues d’un jeune député élu à l’Assemblée Nationale.

Rassemblées par Moussa KONDO

L’Express de Bamako du 18 Juillet 2013.