Partager

Le Tribunal de première instance de la Commune III a condamné, jeudi dernier, l’hôtel Salam à payer 11 millions de F CFA dont deux millions de dommages et intérêts à un de ses ex-employés, Remy Dion.

M. Dion avait traîné son employeur devant le juge pour « licenciement abusif ». Le verdict, appuyé par une exécution provisoire, est contesté par Jurifis Consult, le conseil du groupe Salam. De son côté, l’avocat du plaignant, le cabinet Tapo, menace de saisir les comptes de Salam au cas où il ne s’exécuterait pas.

Rappelons que Remy Dion avait signé un contrat de prestation de travail de deux ans en début d’année avec l’hôtel Salam. Six mois après, l’hôtel rompt le contrat de façon unilatérale, accusant M. Dion du vol de 15 assiettes.

Il passera deux jours sous les verrous avant d’être relâché sur décision de la juge Oumou Niaré qui a déclaré le dossier vide.

Remy a alors porté plainte contre son employeur que la justice vient de condamner à payer 9 millions de F CFA de préjudices et 2 millions de F CFA de dommage et intérêts.

« La justice a triomphé. Nous allons poursuivre ce combat contre l’injustice jusqu’au bout » , a commenté M. Dion à la fin du procès.

S. Y. D.

29 novembre 2007.