Partager

Le bureau de la Coopération suisse au Mali a animé une conférence de presse le 3 juin 2013 pour informer que la Suisse contribue pour 1,8 milliard de F CFA à la tenue des élections présidentielle et législatives avec en mire une participation massive des citoyens au processus électoral.

Le directeur résident de coopération Suisse, Mirko Manzoni, a expliqué mardi que la direction du développement et de la coopération (DDC) a investi 1,8 milliard de F CFA pour aider l’Etat malien à organiser des élections présidentielles et législatives dans les meilleures conditions.

Affaibli par le coup d’Etat et l’occupation du Nord par les groupes armés, le gouvernement de transition peine à affirmer son autorité. Aux dires de M. Manzoni, le retour à l’ordre constitutionnel et à l’intégrité territoriale restent l’urgence pour la sortie de crise.

« Le pays ne peut pas supporter les coûts d’une élection transparente, estimés à 60,4 milliards de F CFA. A cela s’ajoutent d’autres défis, notamment la participation aux élections des femmes, des jeunes et des populations réfugiées dans les pays voisins depuis la crise sécuritaire au Nord ».

Il a rappelé que le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), de concert avec les autres bailleurs, a mis en place un fonds commun pour les prochaines élections. La contribution de la Suisse à ce fonds représente 4 % de la somme globale engagée par les bailleurs.

Dans sa présentation des objectifs de cet appui au Mali, Giorgio Dhima, directeur suppléant de la Coopération Suisse, a expliqué que le soutien de la DDC permettra d’entreprendre des campagnes d’éducation civique destinées aux jeunes, aux femmes, aux leaders communautaires, aux partis politiques et aux médias.

De jeunes observateurs issus de la Jeune chambre internationale (JCI) mèneront des campagnes d’information destinées au grand public. Les citoyens seront à même de suivre le débat politique et de faire librement leur choix. La Suisse financera un projet électoral dans le but de préparer les potentiels candidats aux élections entre autres activités. Ce projet sera réalisé par un réseau de radios locales.

Pour des élections apaisées, M. Manzoni a affirmé que la Suisse, dans le cadre de ses activités de sécurité humaine et avec l’Institut pour une démocratie durable en Afrique-EISA, cofinance et soutient le renforcement du cadre de concertation officiel existant entre le ministère en charge des élections et les partis politiques pour discuter des modalités techniques des élections.

Sur la question du MNLA, le directeur de la Coopération a expliqué que la Suisse est depuis avec notre pays depuis 35 ans et ne ménagerait aucun effort pour qu’une paix durable revienne le plus tôt.

Sory I. Konaté

(stagiaire)

05 Juin 2013