Partager

« Le moment est venu » pour le Maroc de réintégrer l’Union africaine (UA), quittée il y a plus de trente ans, a estimé mercredi la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, au premier jour de la visite à Kigali du roi Mohammed VI. Ce qui fait « que le Maroc est absent depuis l’année 1984, tout cela pour le Rwanda, ça peut se discuter, ça peut faire partie d’une discussion au niveau de la famille africaine. Mais pour nous, le moment pour le Maroc de rejoindre ses frères et ses soeurs est venu », a déclaré Louise Mushikiwabo à la presse. Le roi du Maroc, Mohamed VI, a rencontré mercredi le président rwandais Paul Kagame, avec lequel il a signé 19 accords bilatéraux, notamment dans le secteur économique. Le Maroc a officiellement demandé en septembre à réintégrer l’UA, organisation que Rabat avait quittée en 1984 pour protester contre l’admission de la République arabe sahraouie démocratique, qui revendique l’indépendance du Sahara occidental. Ex-colonie espagnole, le Sahara occidental est contrôlé depuis 1975 par le Maroc. Le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, milite pour l’indépendance et réclame un référendum d’autodétermination, alors que Rabat propose comme solution une large autonomie sous sa souveraineté. Mohamed VI, qui devrait ensuite se rendre en Tanzanie et en Ethiopie – son programme exact n’a pas été communiqué – espère contribuer à renforcer la présence du Maroc en Afrique de l’Est et défendre sa candidature visant à réintégrer l’UA. Cette tournée « se fait dans une zone qui était jusqu’à présent inaccessible pour le Maroc. On n’a jamais eu de présence, ni diplomatique, ni économique, ni culturelle, ni historique (…) en Afrique de l’Est », a expliqué à l’AFP un responsable marocain accompagnant le roi, sous couvert d’anonymat. AFP