Partager

Tous les cultivateurs qui ont pris les intrants dans les régions cotonnières de Kita sans réaliser des champs de coton font présentement l’objet de menaces de poursuites judiciaires de la part de la Compagnie malienne pour le développement du textile (CMDT).

Pour les paysans de Kita le coton est devenu un porte-malheur. Ils se sont rétractés cette année face à cette culture de rente. Ayant fait le constat de la démission des paysans, les autorités de la CMDT avaient organisé une campagne de sensibilisation et encouragé les cotonculteurs en leur facilitant l’accès aux intrants. Malgré ces efforts, les paysans sont retournés aux cultures vivrières.

Selon nos sources, cet état de fait a beaucoup affligé les autorités de la Compagnie qui ont saisi la justice aux fins de poursuivre tous les producteurs qui ont pris les intrants dans les régions cotonnières de Kita sans réaliser de champ de coton.

Un maire de la zone cotonnière de Kita affirme que des huissiers commis par la CMDT auraient déjà commencé à intimider les paysans redevables. « Cette situation joue beaucoup sur la confiance entre les paysans et l’Etat », juge-t-il.

Selon notre interlocuteur, les raisons qui font que les paysans se sont rétractés pour la culture du coton sont nombreuses. Mais il précise que le retard dans le paiement de l’argent du coton est l’une des raisons fondamentales.

« Ils sont aujourd’hui des laissés-pour-compte à la merci de la CMDT. Je déplore la situation mais je ne peux rien faire. Je préfère qu’on échelonne les crédits des intrants sur plusieurs années » , dit le maire.


Sidiki Doumbia

24 Septembre 2008