Partager


Les internes des services sanitaires sont en grève depuis hier pour 48 heures parce que, selon eux, les autorités en charge de regler leurs doléances n’ont pas honoré leurs engagements. Cette décision a été annoncée hier par Ibrahim Konaté dit IB, le coordinateur des internes du centre hospitalo-universitaire Gabriel Touré au cours d’une assemblée générale d’information à l’hôpital Gabriel Touré. C’était en présence des internes des différents services de l’hôpital Gabriel Touré.

A en croire IB, il était convenu de leur payer 500 francs CFA par jour par interne en novembre et la décision devait être appliquée par les directions des hôpitaux mais malheureusement les conseils d’administration des hôpitaux ont souligné qu’ils ne peuvent pas payer 500F CFA par jour par interne, d’où cette grève.

LES ARGUMENTS DES INTERNES

Il a par ailleurs souligné qu’ils ont accepté de rentrer dans les services sanitaires respectifs parce qu’ils savent que leur grève n’a pas de conséquences sur la conscience des dirigeants en charge, mais sur la population. Avant de souligner que pour se faire entendre, ils comptent prendre des mesures adéquates.

Selon lui, après les 48 heures de grève, rendez-vous est donné pour ce mercredi matin pour faire l’état des lieux et voir ce qu’il y a lieu de faire. “Après l’assemblée générale nous avons rencontré la direction générale de l’hôpital Gabriel Touré pour en savoir plus”, a-t-il dit.

Selon le directeur adjoint de l’hôpital de Gabriel Touré, le protocole d’accord ne précise pas de montant. Selon lui, il est impossible de leur attribuer une indemnité forfaitaire mensuelle de 15.000 FCFA. Il a ajouté que l’hôpital peut faire l’augmentation mais sans nuire à son fonctionnement régulier. C’est ainsi qu’il a pris l’exemple sur l’Hôpital Gabriel Touré.

A en croire toujours le Directeur adjoint de l’hôpital Gabriel Touré, on compte 300 internes répartis inégalement entre les services. Selon lui, en faisant un calcul en raison des 15.000 FCFA par mois par interne, l’Hôpital Gabriel Touré doit payer 13.500.000 FCFA par trimestre, ce qui n’est pas chose facile pour l’hôpital. Il a précisé qu’après plusieurs rencontres, les responsables des hôpitaux du Point G et de Gabriel Touré avaient proposé 5 millions de nos francs par trimestre.

LE CONTENU DU PROTOCOLE D’ACCORD

Il a par ailleurs rappelé le contenu du protocole d’accord signé le 24 novembre 2004. Selon lui, parmi les quatre doléances des internes, trois ont été satisfaits et des propositions ont été faites pour la 4ème, à savoir l’attribution d’une indemnité forfaitaire mensuelle.

Selon le protocole d’accord, les Directeurs généraux des établissements publics recevant les étudiants faisant fonction d’internes et la Direction Régionale de la Santé du District de Bamako ont accepté de prendre toutes les dispositions pour poursuivre leur vaccination contre l’hépatite B.

En plus, les internes, leurs conjoints et leurs enfants bénéficient de la gratuité des examens complémentaires dans les mêmes conditions que le personnel et le principe de la connexion Internet a été accepté.

Mais, le point de discorde est le montant de l’indemnité mensuelle des internes. Avec ce protocole d’accord, les établissements publics hospitaliers de Gabriel Touré et du Point G ont accepté de porter à 3.500.000 FCFA au lieu de 2.655.000 FCFA.

En plus de ce protocole d’accord et des négociations, les deux centres hospitaliers universitaires Gabriel Touré et Point G ont décidé de porter l’enveloppe à 5.000.000 FCFA par trimestre.

Le Secrétaire général du ministère de la Santé, M. Daba Diawara a aussi précisé qu’il n’est mentionné dans aucune partie du protocole d’accord qu’ils vont payer 15.000 FCFA par mois et par interne. Mais, il a été convenu de voir comment les directions des hôpitaux peuvent faire. Toute chose qui les a amenés à proposé 5.000.000 FCFA au lieu de 3.500.000 FCFA.

Il a par ailleurs souligné que le vrai problème, c’est l’organisation du concours des internes, puisque déjà, ils commencent à se faire des interrogations par rapport à ceux qui vont échouer au concours. En tout cas, selon lui, une commission est sur place pour l’organisation de ce concours.

Dado CAMARA

24 avril 2007.