Partager

Le samedi 24 Mai 2008, la coordination de la jeunesse du Mouvement Citoyen a organisé, au Centre Internatioal de Conférences de Bamako (CICB), une conférence de presse sur le Programme de Développement Economique et Social (PDES) en langue nationale bambara.

Présidée par le ministre de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, Mme Sidibé Aminata Diallo, la cérémonie d’ouverture des travaux a regroupé, entre autres, les responsables du CENA et la coordination nationale de la jeunesse du Mouvement Citoyen.

En effet, vu la méconnaissance du PDES par une population malienne majoritairement analphabète, et sur laquelle ledit Programme repose pourtant son espoir, la coordiantion nationale de la jeunesse du Mouvement Citoyen s’est faite l’initiative d’appuyer le Comité Exécutif National (CENA du M.C.),

dans son engagement à la vulgarinsation du Programme, combien capital pour le peuple malien.

Ainsi, cette rencontre de presse vise à faire connaître, au public malien, le contenu du PDES axé sur l’emploi des jeunes et la puissance agricole en langue nationale bambara, afin de faire découvrir,

aux populations analphabètes, les oeuvres réalisées jusqu’ici par le Président de la République et qu’il continue de promouvoir pour l’intérêt des populations maliennes.


Pourquoi épauler le CENA du M.C.?

Selon le coordinateur national de la jeunesse du Mouvement Citoyen, M. Abdoulaye A. Koné, la coordination, à travers laquelle ils ont su nourrir des ambitions ancrées et bien marquantes d’appui aux idéaux du Président Amadou Toumani Touré, a vu le jour à un moment pénible et crucial où bien des gens étaient animés d’intentions malicieuses envers le Comité Exécutif National (CENA).

Ce motif suscita les jeunes, sous la couleur dénominative de Coordination nationale de la jeunesse du Mouvement Citoyen, à épauler e promouvoir indispensablement le Comité Exécutif National dans ses tâches d’appui aux actions du Président de la République a ajouté le Coordinateur.

Quel est l’intérêt des deux thèmes?

L’option de ces deux thèmes l’emploi des jeunes, et la puissance agricole- revèle, d’une part du souci du Président de la République de renforcer les acquis des jeunes dans le cadre de l’emploi, qui demeure l’une de ses préoccupations fondamentales.

Et d’autre part, du souci de préconiser conjointement des solutions fiables pour sortir de cette crise actuelle que vivent les Maliens, dans le domaine de l’agriculture.

En dépit des efforts divers et multiples déployés par le Président ATT, l’aspect agriculture prétend prendre une autre dimension de la réalité actuelle. Aussi, au delà de cette conférence de presse, la Coordination, engendrant, à cet effet, une vision fondamentale, envisage de vulgariser le PDES,

à travers les phases de sensibilisation dans les six Communes du district de Bamako. Mieux, dans un futur proche, elle compte organiser, dans nos différentes langues nationales, des caravanes de sensibilisation des popualtions sur le PDES à l’intérieur du Mali.

Les propositions de solution de la jeunesse du M.C.

Selon la Coordination de la jeunesse du Mouvement Citoyen, en plus du renforcement de l’APEJ, cinq axes sont à explorer la promotion de l’emploi des jeunes : la formation à des métiers porteurs ;

l’implantation dans l’agriculture ; l’appui aux projets personnels ; l’émergence de pôles-régions de croissance économique et d’emploi; la relance de l’emploi public : 50 000 emplois, à l’horizon 2012.

Pour une stratégie de puissance agricole vers la souveraineté alimentaire, la Coordination souhaite la mutation des systèmes de production agricole par la transition vers des techniques modernes de production pour une agriculture plus intensive (agir sur les intrants et semences) ;

le développement des filières commerciales agricoles dans le cadre du Projet de Compétitivité et de Diversification Agricole (PCDA) de 36,7 milliards de FCFA et d’autres programmes similaires.

Elle propose aussi la généralisation de l’utilisation d’équipements performants -équipement de toutes les exploitations agricoles en matériels de culture attelée; le doublement des équipements de petite et grande motorisation ;

l’injection d’au moins 1,2 millions d’équipements de traction animale : 1.000 motoculteurs, 10.000 motopompes, environ 3.000 tracteurs et 10 000 matériels de post-récolte.

Pour la maîtrise de l’eau, la Coordination sollicite l’aménagement de 103.356 hectares, dont 61.910 hectares en maîtrise totale pour un coût de 212,5 milliards de CFA.


Moussa TOURE

26 Mai 2008