Partager

Le mois prochain sera consacré aux éliminatoires combinées de la CAN et le Mondial 2010. Aussi s’active-t-on un peu partout dans le monde, particulièrement en l’Afrique. Parmi ces pays engagés dans cette grande rencontre figure le Mali qui tentera de dominer sa Poule composée du Soudan, du Ghana et du Bénin.

Du coup, les autorités sportives du pays sont en train de s’activer ardemment, pour que le rêve malien soit concrétisé : c’est-à-dire la qualification historique des Aigles à une phase finale de la Coupe du Monde qui se déroulera surtout en Afrique du Sud (Afrique), ainsi qu’à la CAN prévue en Angola en 2010.

Aussi, il ne fait aucun doute que dès lors, tous les moyens seront mis à la disposition de l’encadrement technique des Aigles et de la Fédération Malienne de Fooball (FEMAFOOT), pour qu’il n’y ait aucune faille dans les préparatifs pour ces éliminatoires.

Ainsi,le ministère de la Jeunesse et des Sports a déjà décidé de prendre le taureaux par les cornes, en demandant à l’entraîneur national, Stephen Keshi, de concocter un planning de préparation adéquat en vue de créer les meilleures conditions de travail dans la sérénité et la tranquillité, pour les partenaires de Mamadou Diarra “Djila”, même si ce dernier reste encore en convalescence.

Pour cette grande cause, le sélectionneur national, en parfaite harmonie avec son staff technique, a élaboré un plan de préparation qui a déjà été soumis à l’appréciation du bureau fédéral de la FEMAFOOT depuis le 19 Février 2009.

“Mon seul souci aujourd’hui, je dirai même mon défi, c’est de pouvoir qualifier les Aigles à la CAN, et surtout, à la Coupe du Monde. Et sur ce plan, toutes les propositions, suggestions et initiatives venant d’ailleurs sont les bienvenues, mais à condition que cela entre dans la stratégie d’obtenir une qualification à la Coupe du Monde surtout. Quoi qu’on dise, et quoi qu’il en soit, ce qui importe pour moi, c’est de relever ce défi que je dirai national ”, avait récemment déclaré le ministre de la Jeunesse et des Sports, lors d’une visite.

En plus du ministère de la Jeunesse et des Sports, notons que sous la houlette de Habib Sissoko, le Comité National Olymique et Sportif du Mali (CNOSM) est également en train de s’activer, pour que les objectifs assignés par le ministre Niang soient atteints.

Rappelons que les Aigles du Mali viennent d’obtenir une occasion inouïe, voire inespérée, de se qualifier à une Coupe du Monde. En effet, tous les observateurs avertis sont unanimes à déclarerez que le Mali peut se qualifier, mais à condition que chacun s’y mette. Il s’agit de toutes les autorités : l’Etat, le ministère de tutelle, les instances sportives du football et même des autres disciplines sportives, la Fédération Malienne de Fooball, les supporters, des journalistes sportifs, et surtout et avant tout, les joueurs.

Mais tout cela doit passer par des conditions idoines de préparations sérieuses, de motivations réelles et fortes. Toutes choses que le ministère de la jeunesse et des Sports a vite fait de comprendre, en demandant au sélectionneur national de fournir rapidement un programme adéquat de travail et de préparation.

En tout cas, nous donnons l’engagement que l’Etat mettra tout en oeuvre, tous les moyens matériels et financiers en jeu, pour que les joueurs puissent évoluer dans la plus grande sérénité et dans la plus grande tranquillité. Nous avons confiance aux joueurs et en l’entraîneur. Et s’il plaît à Dieu, rien ne pourra empêcher les Aigles de planer à Luanda (Angola) et à Johannesburg (Afrique du Sud). Mais cela ne peut s’obtenir que dans une symbiose totale entre tous les acteurs du ballon rond“, a indiqué le ministre Hamane Niang.


Et un fervent supporter des Aigles, de déclarer :
Je suis vraiment rassuré maintenant, avec l’implication totale du ministère des Sports, et surtout, avec les bonnes relations entre le ministre Niang et la FEMAFOOT. Malgré les élections en vue, le ministère ne s’est pas laissé envenimer et pense déjà aux élimintoires. Aujourd’hui, je peux dire, sans me tromper, que la qualification sera acquise, et cela, grâce à Dieu et aux acteurs. Surtout que les joueurs et l’encadrement technique y croient fermement“.

Pour la qualification, l’espoir est permis

Cette implication personnelle du ministre de la Jeunesse et des Sports arrive au bon moment, surtout avec le bon moral des protégés de Stephen Keshi. En effet, les joueurs ont déjà prouvé que pour ces éliminatoires combinées, le public malien peut compter sur eux.

En effet, lors du match amical livré la semaine dernière, les partenaires de Frédéric Kanouté ont “cartonné” les Angolais par 4 à 0. Il y a belle lurette qu’on n’a pas vu un tel score obtenu par l’équipe nationale. C’est dire que cette victoire augure des lendemains meilleurs et peut permettre de garder un grand optimisme, surtout quand on sait que les Aigles vont livrer leur premier match à l’extérieur, et surtout, contre l’équipe du Soudan, une équipe pourtant difficile à manœuvrer à domicile.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, l’Angola a été quart-de-finaliste lors de la dernière CAN 2008 au Ghana, où ce pays a été éliminé par le pays vainqueur de l’édition : l’Egypte. Et mieux, les Angolais ont été mondialistes à la Coupe du Monde 2006 en Allemagne. Et l’équipe possède, en son sein, des stars de renommée internationale, avec, dans leurs escarcelles, des trophées continentaux : à savoir, la Champion’s League Africaine et la Super-Coupe.

Aussi, c’est l’Angola qui s’apprête à organiser la CAN 2010, et qui entend respecter et défendre la bonne image qu’il a acquise lors de la CAN 2008. Le 4 à 0 infligé à l’Angola par le Mali inspire, voire autorise donc la confiance. Et tout bon Malien ne doit jamais douter de la force de frappe des Aigles, et surtout, depuis la reprise des commandes de l’équipe par Stephen Keshi et Mamadou Coulibaly.

“Le Mali peut rivaliser avec n’importe quelle équipe au monde, à plus forte raison en Afrique. Il y a des moyens humains, matériels, surtout que l’Etat continue de mettre le turbo. Comme on le dit, seul Dieu peut empêcher le Mali de se qualifier”, a indiqué un observateur sportif malien.

Donc chacun est condamné à faire preuve des meilleurs sacrifices possibles pour que les Aigles soient présents en Angola et en Afrique du Sud l’année prochaine, et cela, pour le bonheur du public sportif et du football en particulier. C’est aussi le moment, pour les responsables sportifs de tous bords, de rester unis et soudés dernière les Aigles.

En effet, ce n’est ni Salif Keïta, ni Hamane Niang, ni ATT qui seront cités lors des phases finales ; mais c’est tout le Mali, rien que le Mali.

Sadou BOCOUM

20 Février 2009