Partager

En compagnie de ses collaborateurs et des Maires des Communes IV, V et VI du District, le Gouverneur du District, M. Ibrahim Féfé Koné, était, ce jeudi 19 Mars 2009, face aux mandataires des listes de candidature des partis politiques. La rencontre visait à établir un cadre de concertations entre l’Administration, organisatrice des élections, et les partis et animateurs du débat politique, en vue d’aboutir à des résultats incontestés, ou très peu contestés, à l’issue des scrutins du 26 Avril 2009.

Mais l’atmosphère s’est très vite surchauffée dans la salle, suite au début tardif de la réunion qui, prévue à 9 heures précises, n’a pu commencer qu’aux environs de 10 heures. Ce qui, aux yeux des mandataires des listes de candidature, était un manque de considération manifeste à l’égard des partis politiques. Mais cette colère généralisée s’estompa après que le Gouverneur, M. Ibrahim Féfé Koné, ait donné des applications tangibles ayant occasionné ce léger retard.

Et le représentant de l’Etat dans le District de situer la rencontre dans son contexte. Pour M. Ibrahim Féfé Koné, l’objectif recherché par cette rencontre, c’est la mise en place d’un cadre de dialogue permanent entre l’Administration, les Maires et les partis politiques, pour qu’ensemble, tout au long du processus, ils parviennent à gérer les petits problèmes, à rectifier les incorrections, discuter et donner les informations nécessaires pour qu’il y ait moins d’erreurs.

Le Gouverneur du District a également tenu à rassurer les partis politiques quant à la disponibilité du Gouvernorat à bien faire son travail. “Je tiens à vous dire aussi que vous avez des voies de recours légales, à chaque fois que vous estimez que nous n’avons pas bien fait notre travail. Vous pouvez même nous attaquer devant la juridiction compétente qu’est le Tribunal Administratif, et non le Tribunal Civil ”, a précis M. Ibrahim Féfé Koné.

Ce fut ensuite le tour du Chef de Cabinet du Gouverneur, M. Allaye Tessougué, de faire le point sur tout ce qui a déjà été fait. Ainsi dénombre-t-on, dans le District 141 listes du candidature, dont 28 indépendantes qui se repartissent par Commune comme suit : Commune I : 26 listes de candidature, dont 6 indépendantes. Commune II : 20 listes, dont 5 indépendantes. Commune III : 21 listes de candidature, dont 4 indépendantes. Commune IV : 25 listes, dont 7 indépendantes. Commune V : 21 listes de candidature, dont 1 indépendante. Commune VI : 28 listes, dont 5 indépendantes.

Pour ce qui concerne les bureaux de vote, on en dénombre, au total, 1978 dans le District, dont 367 en Commune I pour 175 692 électeurs ; 259 en Commune II pour 117 988 électeurs ; 193 en Commune III pour 91 213 électeurs ; 318 en Commune IV pour 156 846 électeurs ; 411 en Commune V pour 195 306 électeurs ; et 430 en Commune VI pour 212 124 électeurs. Ce qui fait un total de 949 169 électeurs pour tout le District de Bamako.


Après cette communication sur l’état des lieux, le Chef de Cabinet du Gouverneur du District informera les mandataires Ses listes de candidature de l’étape suivante :

la composition des commissions de distribution des cartes d’électeur, dont la liste complète des représentants des partis politiques et des candidats indépendants mentionnant les noms des délégués et leurs suppléants doit être disponible au Gouvernorat au plus tard le 20 Mars, délai prescrit par la loi électorale. C’est là où le débat a failli s’échauffer de nouveau , avant que M. Allaye Tessougué ne mette les représentants des partis politiques “dans leurs petits souliers”.


Pas d’accusation, et que chacun s’assume !

A l’annonce de ce délai, les mandataires des listes de candidature des partis politiques voulaient verser dans la polémique. En effet, pour nombre d’entre eux, la veille du 20 Mars, ce n’est justement pas la date indiquée pour que le Gouvernorat les en informe, car cette date constitue le délai légal pour la disponibilité de la liste des représentants des partis devant siéger au sein des commissions de distribution de cartes d’électeur.

Il a donc fallu l’intervention du Chef de Cabinet du Gouverneur, M. Allaye Tessougué, pour que d’aucuns ne poussent pas l’accusation jusqu’à soutenir que l’Administration les a mis “devant le fait accompli ”. En effet, M. Tessougué a été on ne peut plus clair : “Attendez ! Que l’on soit plus clair ! Vous n’allez-pas nous dire que vous ne savez pas cela.

Tout est consigné et bien expliqué dans la loi électorale. Dès que le collègue électoral est convoqué, les dates se dessinent d’elles-mêmes. Il est vraiment temps que vous jouez pleinement votre rôle, en révisant la loi électorale, à en comprendre le contenu et en prenant les dispositions qui s’imposent. Ce n’est pas nous qui décidons des dates et des délais. C’est plutôt la loi. Et la loi est très claire ! ”. Et vlan dans le mille !…

M. Tessougué a ensuite invité les partis politiques à envoyer, dans les commissions de distribution de cartes d’électeur, des gens sûrs, responsables et capables de discernement, pour que l’opération se déroule normalement et qu’il y ait moins de problèmes. “Ceci est extrêmement important ! Il ne faut pas que vous vous faites représenter par des gens qui ne savent même pas ce que c’est qu’une carte d’électeur ! ”, a-t-il ajouté.

Au cours des débats, les mandataires des listes de candidature ont émis le vœu d’avoir permanement des répondants au niveau du Gouvernorat. Ce qui, selon le Gouverneur Ibrahim Féfé Koné, ne doit plus constituer une préoccupation au niveau des partis politiques, car, dit-il, cette rencontre ne vise que cela : instituer un cadre de concertation permanent entre l’Administration et les partis politiques, y compris les mandataires des listes indépendantes, et ce, jusqu’à la fin des scrutins du 26 Avril 2009. Espérons seulement que le sens de la responsabilité primera sur tout cela…


Adama S. DIALLO

20 Mars 2009