Partager

Hier jeudi, à l’hôtel Nord-Sud, la cérémonie d’ouverture de la 3è réunion du groupe technique du système de roaming GSM dans la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), a eu lieu sous la présidence de Baba Konaté, conseiller technique au ministère de la Communication et des Nouvelles technologies.

Etaient également présents, David Camara, directeur des infrastructures et de l’industrie de la CEDEAO et Modibo Camara directeur du Comité de régulation des télécommunications et les
participants en provenance du Sénégal, Burkina Faso, Ghana, Sierra Leone, Guinée Biseau, Togo, Nigeria, et Gambie.

Les moyens de télécommunication, élément essentiel de l’intégration économique, sociale et culturelle à laquelle aspirent less pays de la zone Cedeao, jouent un rôle important dans la facilitation des échanges entre les pays.

Ainsi, dans le but de faciliter la communication entre ses pays membres, la CEDEAO a décidé de mettre en place un système de roaming GSM, système qui permet à une personne d’appeler et d’être joint sur son portable même quand elle est hors du pays.

Il existe deux catégories de Roaming : le postpayé et le prépayé.

Selon les spécialistes, le premier est plus facile à gérer, car l’abonné souscrit à un abonnement pour l’usage du service. La clientèle qui n’est pas abondante dans notre pays, est généralement constituée de personnes du milieu professionnel et du monde des affaires.

L’approche prépayé quant à elle, nécessite, beaucoup plus d’équipement. Aucun abonnement n’est exigé. Sa mise en service nécessite des études de rentabilité par l’ensemble des opérateurs de la sous-région, et l’implantation dans leurs plates-formes, de la technologie CAMEL (customized applications for mobile network enhanced logic).

L’installation d’un roaming GSM dans l’espace CEDEAO, permettra, premièrement, une plus grande connectivité transfrontalière entre tous les états de la Communauté.

Deuxièmement, le roaming GSM favorisera une réglementation communautaire harmonieuse et une tarification préférentielle pour vulgariser l’utilisation du service roaming prépayé.

Et par finir, le service permettra une plus grande mobilité dans l’espace CEDEAO, car lorsque l’opérateur de votre réseau de rattachement ne fournit pas de service dans le pays où vous voyagez, vous utiliserez le réseau de ce pays pour recevoir ou passer des appels.

En effet, selon Koffi Raphaël, conseiller aux télécommunications de la CEDEAO, pour ce service, l’opérateur du réseau hôte applique un tarif de gros à votre opérateur d’origine qui, à son tour applique un tarif de détail à ses abonnés pour l’utilisation de leur portable à l’étranger.

A la date du 30 avril 2006, la CEDEAO comptait 45 opérateurs de GSM dans ses 15 pays membres. Le projet ECOROAM est une proposition du consortium TIC II/Exchange telecom. Il va permettre à la CEDEAO d’atteindre son objectif de mise en oeuvre complète d’une itinérante intra-régionale en résolvant le problème de rechargement des cartes Sim.

Quant au Mali, Mr Konaté, a affirmé que sur le plan des infrastructures de base permettant la connectivité transfrontalière, notre pays a réalisé au courant des trois dernières années d’importants investissements qui ont permis de relier par fibre optique le pays au Burkina Faso, à la Côte d’Ivoire, au Sénégal et à la Mauritanie.

27 octobre 2006.