Partager

Le contingent 2005 de la Garde nationale refuse depuis quelques jours de s’alimenter à l’ordinaire du soldat. Ces jeunes recrues, qui constituent aujourd’hui l’épine dorsale du corps des gardes, réclament leurs primes générales d’alimentation (PGA). Faute de quoi, ils menacent de faire défection.

« Il y a seulement deux jours, nous avons été informés, au cours d’un de nos rapports d’après-midi qu’il y a eu plus de 27 gardes déserteurs. Nos compagnons sont en train de déserter parce que tout simplement on nous impose des règlements qui n’ont aucun rapport avec le corps de garde. Cela fait 6 mois depuis la fin du centre d’instruction (CI) que nous mangeons à l’ordinaire et l’on soustrait chaque mois plus de 3000 F CFA de nos soldes. C’est-à-dire la totalité de nos PGA. Nous ne pouvons plus supporter cette situation. Nous avons décidé de ne plus manger à la cuisine. Si la situation ne change pas, nous allons tous déserter et faire ce qu’il faut pour nous faire entendre ». Tels sont les propos du porte-parole du contingent 2005.

Le corps des gardes a été créé en 1894 sous le nom de « gardes régionaux ». Au fil du temps, il a successivement changé de nom. En 1910, « corps des gardes cercles » puis « des gardes goumiers ». En 1971, « garde républicaine et goum du Mali ». En 1994, « garde nationale du Mali ».

Avec cette dernière dénomination, l’Etat a attribué de nombreuses missions au corps des gardes. Il est aujourd’hui le corps le plus déconcentré à l’intérieur du pays. Ce qui lui donne une mission colossale à remplir. C’est à cet égard que le gouvernement a décidé de renforcer ses ressources humaines en recrutant en 2005 plus d’un millier de jeunes qui constituent aujourd’hui la moitié de l’ensemble des gardes. Ces jeunes ont actuellement beaucoup de mal à remplir leur mission. Ils veulent, comme leurs aînés, percevoir chaque mois leurs PGA.

Mais, selon le chef d’état-major de la garde nationale, le colonel Broulaye Koné, interrogé au téléphone « il y a des dispositions réglementaires qui obligent les soldats à manger à l’ordinaire pendant 5 ans. Mais, un soldat peut se marier après 3 ans de service après une autorisation de la hiérarchie. Dans ce cas, il demande à ne plus vivre à l’ordinaire. En principe, ces éléments ne doivent même pas voir leur PGA. L’objectif de l’ordinaire est d’inculquer l’esprit de corps aux jeunes et de créer la cohésion entre eux ».

Pour un adjudant major, qui a effectué plus de 30 ans de service, manger obligatoirement à la cuisine après le CI n’a jamais existé dans le corps des gardes. « En 1993, la hiérarchie avait tenté d’instaurer ce règlement, mais ça n’a pas marché. Avec le contingent 2001, on avait encore essayé, ça a encore échoué. Maintenant ils veulent coûte que coûte l’imposer afin de remplir leurs poches. J’incite les jeunes à revendiquer leur droit. Nous sommes tous derrière eux », a ajouté le major.

C’est dire que les jours prochains vont être difficiles à la garde nationale. Pour parer à toute éventualité, l’état-major, à notre avis, devra très rapidement multiplier les contacts et s’expliquer de long en large sur la nécessité, pour les jeunes gardes, de vivre comme une seule et même famille.

K. D.

20 février 2007.