Partager


Au cours d’une conférence de presse dimanche dernier, les rotarys clubs Bamako Doyen et Tunis Golf ont promis de prendre en charge, en partenariat avec l’association « Enfant et cœur » de Tunisie, une soixantaine d’enfants maliens malades du cœur qu’ils ont déjà détectés au cours de journées de consultation gratuites la semaine dernière.

Le Rotary club Bamako doyen en partenariat avec le Rotary club Golf et l’association « enfant et cœur » de Tunisie ont organisé les 23 et 24 janvier 2009 à l’hôpital Mère-enfant « Le Luxembourg » des journées de consultation gratuites pour les enfants malades du cœur. Parrainées par la Fondation pour l’Enfance et l’ambassade de la Tunisie au Mali, les journées ont concerné une soixantaine d’enfants cardiaques dont une quarantaine au stade chirurgical.

Selon Dr. Abdelfattah Abid, le président de l’association « Enfant et cœur », conférencier, « le nombre des enfants consultés au cours des journées ne constitue pas l’ensemble des enfants malades du cœur de l’hôpital Luxembourg. Nous avons pris un lot. Nous nous sommes intéressés seulement aux cas graves ».

« On a consulté une soixantaine d’enfants. Parmi eux, il y a 47 qui sont au stade chirurgical. Nous allons essayer de les envoyer dans les pays où ils pourront être opérés. On est là pour essayer de résoudre les problèmes des enfants qui ont des anomalies cardiaques » , a-t-il poursuivi, expliquant que son association travaille en étroite collaboration avec les rotarys club Bamako Doyen et Tunis Golf parce qu’ils ont montré leur efficacité.

Le prise en charge des enfants malades du cœur est à la fois difficile et coûteuse. Dr. Sami Kallel, le président de Rotary club Tunis Golf, indiquera que les prochaines étapes de leur action concerneront le prise en charge des enfants consultés et la création au Mali d’une infrastructure spécialisée pour le prise en charge des enfants malades du cœur.

Regrettant que la maladie cardiaque soit une maladie très sensible, Mohamed Naceur Kort, l’ambassadeur de la Tunisie au Mali, a jugé que cette action humanitaire permet d’aider le budget d’Etat. « Les budgets de nos deux Etats sont insuffisants pour faire face à certains problèmes. Ce sont ces genres d’actions qui nous permettent de joindre les deux bouts. Cette action donnera un bon résultat », a ajouté l’ambassadeur.

Sidiki Doumbia

27 Janvier 2009