Partager

Le comité syndical du Syndicat national de l’enseignement supérieur de l’Ecole normale supérieure (EN-Sup) observe depuis hier une grève illimitée. Les enseignants exigent le départ du directeur général, Moumine Traoré, nommé, selon eux, en violation des textes.

Nommé il y a un mois, le nouveau directeur de l’EN-Sup fait face à la pression des enseignants. Selon le secrétaire général du comité du Snesup de l’établissement, Alou Diarra, la nomination au poste de directeur général de l’EN-Sup est une violation des textes qui exigent une promotion interne.

C’est pourquoi le comité informe l’ensemble du personnel de l’Ecole que suite à son mot d’ordre de grève du 1er octobre 2018, les négociations qui ont suivi et ont abouti à la suspension dudit mot d’ordre qui donnaient 15 jours à la partie gouvernementale pour s’imprégner du dossier et trouver une solution définitive au problème.

« La partie gouvernementale devait faire en sorte qu’une conciliation ait lieu au plus tard le 30 octobre 2018. Ce qui n’a pas été le cas à la date du 30 octobre. Aussi, le comité syndical informe l’ensemble de ses militants que, compte tenu du peu d’importance accordé à ce dossier par nos autorités malgré la reconnaissance de sa pertinence, le mot d’ordre de grève illimitée entre en vigueur à compter de ce mercredi 31 octobre, jusqu’à ce qu’une solution définitive soit trouvée au problème, conformément à l’avis du 17 octobre 2018 ».

Bréhima Sogoba

01 Novembre 2018