Partager


Un des tout-petits supporters du Président ATT, élève en 7ème année de l’école fondamentale du Quartier-Mali âgé seulement de 13 ans, a été conduit l’autre jour au commissariat de police du 4 ème arrondissement où il a passé la nuit.

C’est un responsable du Mouvement citoyen de ce quartier de Bamako qui aurait pris en flagrant délit cet enfant en train d’enlever l’un des posters du candidat ATT. Ils sont nombreux ces posters affichés fièrement sur tous les poteaux électriques de Bamako.

Sans chercher à comprendre l’enjeu pour lequel l’enfant s’est retrouvé dans cette posture – admirateur d’ATT, supporter d’un autre candidat – le dit responsable a décidé de conduire manu militari cet élève de 13 ans au commissariat du 4ème arrondissement. Il y a passé la nuit la plus longue de sa vie.

Le lendemain matin, il a fallu une intervention énergique et une protestation vigoureuse des parents et d’un responsable politique du Parena du quartier auprès des autorités policières pour que ce jeune enfant puisse recouvrer la liberté.

D’ailleurs, après vérification, il a été prouvé que ce garçon de 13 ans est l’un des grands partisans de ATT dans son quartier. Il aurait ainsi enlevé le poster géant pour le garder jalousement en souvenir chez lui.

C’est cette affection envers le candidat ATT qui lui vaut aujourd’hui ses démêlés policiers. Où est donc passée la protection des droits des enfants dans ce pays ? Peut-on en effet les éduquer, les protéger en les jetant dans le violon parmi les bandits de grand chemin.

Cette attitude n’est ni plus ni moins que celle des laudateurs zélés qui veulent se faire une place dans l’entourage de ATT qui n’a cessé de prouver depuis bientôt plus d’une décennie son engagement en faveur des enfants.

12 avril 2007.