Partager

Les ministres en charge de l’Education nationale ont procédé le jeudi 12 février à l’ouverture de la 1re session ordinaire du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) au rectorat de l’Université de Bamako. C’était en présence du ministre chargé des Relations avec les institutions, les partenaires techniques et sociaux de l’école…

Le ministre des Enseignements secondaire, supérieur et de la Recherche scientifique, Pr. Amadou Touré, a remercié les 12 membres de CSE choisis sur la base de leur compétence et les a félicités pour avoir accepter d’adhérer au Conseil pour le bonheur de l’école malienne.

Espace de concertation sur le secteur de l’éducation et d’orientation de la politique éducative nationale, le CSE incarne, selon le ministre Touré, l’espoir. L’espoir de sortir notre système éducatif du gouffre.

Il a proposé à la réflexion des membres du Conseil l’examen, lors de cette première session, de la situation scolaire dans notre pays à l’aune des recommandations issues du Forum national sur l’éducation, tenu du 30 octobre au 2 novembre 2008.

Faisant une présentation du système éducatif qu’il a jugé assez sombre, le ministre a indiqué que l’heure n’est plus aux lamentations. « Le cadre du CSE avec en son sein d’éminentes personnalités, expérimentées et bien avisées des problèmes du secteur éducatif, est le plus approprié pour proposer des solutions », a-t-il soutenu.

Au cours des travaux, les participants à la session vont échanger sur la situation scolaire, apprécier les conclusions du Forum national sur l’éducation, identifier les activités prioritaires pour 2008/2009 et élaborer un programme au compte de ces activités…


Amadou Waïgalo

13 Février 2009