Partager


Dans le cadre de l’augmentation de l’offre d’énergie sur le réseau interconnecté de EDM- SA , une nouvelle centrale thermique verra bientôt le jour à Balingué. Cette nouvelle Centrale thermique vise les objectifs à améliorer la continuité de service, réduire les coûts de production avec l’utilisation du fuel lourd à la place du fuel léger et surtout minimiser les risques de défaillances liées aux aléas de production et au retard dans la réalisation des projets hydroélectriques et d’interconnexion programmés de Félou, kénié et celle de la Côte d’Ivoire- Mali.

La cérémonie s’est déroulée sous la présidence du président de la République, en présence du représentant de la Banque islamique de développement.

D’un coût d’environ 34 milliards F CFA, le financement de la nouvelle Centrale Electrique de Balingué est assuré par la Banque Islamique de Développement (BID) à hauteur de 33 milliards F CFA sous forme de combinaison prêt- leasing et par l’Etat malien pour un milliard de F CFA.

Il faut signaler que la nouvelle Centrale électrique de Balingué viendra s’ajouter à celle de Sirakoro en cours d’achèvement et les deux produiront respectivement 45MW et 56MW. Ces deux centrales diesel sont conçues pour fonctionner au fuel lourd nettement plus économique que le fuel léger actuellement utilisé par les unités de production de l’EDM-SA.

Après la mise en service des interconnexions et des aménagements hydroélectriques programmés, la nouvelle centrale thermique de Balingué, tout comme celle de Sirakoro présenteront l’avantage de servir de réserves froides pour parer aux aléas de production et de fonctionnement du système électrique interconnecté.

Le Ministre de l’Energie et de l’Eau a, dans son discours, sollicité du Président de la République qu’il lui permette de rappeler à nos compatriotes et partenaires, la dimension exceptionnelle des chantiers en cours dans le secteur de l’électricité tout en soulignant leurs impacts positifs escomptés à court et moyen termes: “Balingué où nous nous trouvons, d’ici 18 mois, produira une puissance supplémentaire de 45 MW avant la fin de ce délai, s’y ajouteront les 80 premiers MW de l’interconnexion avec la Côte d’Ivoire. » a-t-il dit.

Autrement dit, au cinquantenaire de notre indépendance, c’est un total de 180 MW supplémentaires qui seront disponibles dans notre pays, permettant de doubler la capacité électrique actuelle propre du réseau interconnecté d’EDM-SA.

A cet accroissement important de l’offre d’énergie électrique sans précédent dans la sous-région, s’ajouteront encore 212 MW, consacrant le doublement des puissances additionnelles, à l’horizon 2012 (soit +120 MW de la deuxième phase de l’interconnexion avec la Côte d’Ivoire, +25 MW de Taoussa, +25 MW de Félou el MW de Kénié).

C’est dire que la capacité globale d’électricité de notre pays sera portée de 230 MW actuellement à 617 MW-en 2012, soit presque le triple de son niveau d’il y a juste quelques années. C’est pourquoi, la mise en œuvre de cet important programme de renforcement de l’offre d’énergie électrique permettra jusqu’à l’horizon 2017, de couvrir les besoins de nos populations, de nos différentes unités minières et des autres industries émergentes.

Pour compléter cette importante offre, il sera mis en œuvre un grand projet de maillage du territoire à travers un vaste réseau de transport et de distribution d’énergie électrique, objet du Projet d’Appui au Secteur de l’Energie (PASE), en cours de finalisation avec la Banque Mondiale, pour un coût évalué à 60 milliards de francs CFA.


Nouhoum Dicko

11 Mai 2009