Partager

Le ministre de l’énergie et de l’eau, Habib Ouane, était à Kayes où il a procédé le week-end dernier à la pose de la première pierre des travaux de construction d’une centrale thermique de 92 mégawatts, financée par la société Albatros Energy, aidée d’un pool bancaire constitué de la BOAD, de la Banque Atlantique du Mali et de l’Investment Bank of Nigeria.

La commune rurale de Hawa-Dembaya, sise à Kayes Médine, abritera, dans seize mois, une nouvelle infrastructure : une centrale thermique en BOOT (Build, Own, Operate and transfert), qui coûtera au promoteur 50 milliards de F CFA. L’Etat a souhaité l’implantation de cette centrale à Kayes, en raison des potentialités économiques particulièrement importantes de cette région où plusieurs sociétés d’exploitation de mines d’or sont en activité à Sadiola, Loulo, Kéniéba…

Située en face du poste de transformation de la société de gestion d’énergie de Manantali (SOGEM), sur un titre foncier de 5ha, la nouvelle centrale thermique de Kayes Médine comprendra une unité de production d’énergie constituée de 8 groupes d’une puissance totale installée estimée à 92 mégawatts, et fonctionnant tous au fuel lourd.

Pour la cérémonie de pose de la première pierre de cet important investissement, outre les responsables de Albatros Energy, plusieurs autres personnalités avaient pris part à l’événement. Le coordinateur de la cellule OMVS et les présidents et directeurs généraux de la plupart des services rattachés au ministère de l’énergie et de l’eau, étaient également présents.

Les populations qui seront certainement parmi les plus grands bénéficiaires de l’électricité produite par cette centrale, sont sorties massivement pour être témoin de la cérémonie qui a débuté par l’intervention de l’administrateur de la société Albatros Mali. Amadou Sow, l’initiateur du projet s’est réjoui de la tenue de cette cérémonie qui, a-t-il déclaré, traduit la concrétisation d’un projet long temps mûri. La pose de la première pierre de ce projet traduit, selon lui, et à juste titre, l’illustration d’une volonté politique, celle du gouvernement de promouvoir le partenariat du secteur public et privé comme outil de développement des infrastructures. Pour relever les défis, un partenariat entre Etat et secteur privé s’avère indispensable, a poursuivi Amadou Sow qui attire l’attention sur le développement et la promotion d’un secteur qui requiert de gros investissements que les caisses de l’Etat et celles des entreprises privées séparément ne peuvent supporter.

A l’en croire, en Afrique, les besoins de financement dans ce domaine sont estimés à environ 98 milliards de dollars. Au moment où des spécialistes relèvent dans la situation de l’Afrique un paradoxe en matière de développement et de promotion du secteur de l’électricité.

«Le continent a une forte potentialité inexploitée. Plus de 30% des réserves de pétrole proviennent du continent qui possède également 31% des réserves de gaz naturel. Et sur 24.000 millions de mégawatts heures de potentiel hydroélectrique, seulement 16% sont exploités», analyse M Sow. Pour lui, avec ce projet, la société Albatros réalise l’un des plus gros investissements jamais réalisés par le secteur privé dans notre pays.

«La connexion de la centrale au poste de haute tension dela SOGEMpermettra une évacuation de l’électricité vers les populations et les industries de la région mais aussi une intégration facile et efficace au réseau électrifié national du Mali », a déclaré Koen Beckers, le président directeur Général de Albatros Energy.

le ministre Habib Ouane a salué le démarrage d’un projet qui participe, selon lui, au renforcement du pôle de développement minier que constitue aujourd’hui la zone de Kayes.

«Par rapport au niveau actuel du parc de production du réseau interconnecté, la centrale Albatros Energy représente un apport supplémentaire de plus de 22% », a ajouté le ministre Ouane avant d’inviter le promoteur (Albatros Energy) à mettre tout en œuvre pour que cette unité soit réalisée dans les règles de l’art et dans le respect des délais impartis.

Selon la convention de concession signée en septembre 2010 entre la société Albatros et le gouvernement malien, la centrale qui sera réalisée en 16 mois pour une durée d’exploitation de 10 ans après sa mise en service commerciale, produira de l’énergie qui sera ensuite revendue à la société EDM SA dans le cadre d’un contrat d’achat d’énergie.

Au terme de la cérémonie, le Ministre Habib Ouane s’est rendu à la centrale hydroélectrique de Félou dont les travaux avaient été lancés au cours de l’année 2009 lors d’une cérémonie à laquelle ont participé les trois chefs d’Etat du Mali, du Sénégal et dela Mauritanie.

Oumar Diamoye

Envoyé spécial

02 Mars 2012