Partager

Le rêve des “Tenenkouas” est en train de se réaliser avec la pose de la première pierre du lycée de Tenenkou par le ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique. C’était le 21 juillet 2007 à Tenenkou en présence des autorités locales et politiques.

Ce lycée qui sera réalisé sur une superficie de deux hectares va comporter douze (12) salles de classe un bloc administratif, une salle information, un centre de documentation et d’information, un complexe sportif. Son coût est estimé à 600 millions de nos francs et il sera réalisé sur financement de la banque mondiale et par l’Agence d’Exécution des travaux d’infrastructures et d’équipements ruraux (AGETIER-MALI) en maîtrise d’ouvrage déléguée.

Ainsi, à la cérémonie officielle de pose de première pierre de ce lycée, le chef de village de Tenenkou, après avoir remis des noix de cola et souhaité la bienvenue au ministre et à sa délégation.

Le maire de Tenenkou

Dans son mot de bienvenue, le maire de la commune urbaine de Tenenkou M. Mamoudou Abdou Cissé a d’abord présenté sa commune qui est située dans la zone inondée du delta du fleuve Niger.

Selon M. le maire de la commune urbaine de Tenenkou, c’est grâce à la gestion concertée des différents acteurs CAP, CGS, APE et les enseignants que les résultats des examens du second cycle sont élogieux. C’est ainsi qu’en 2007 et 2008 la circonscription a fourni au Diplôme d’Etude Fondamentale (DEF) respectivement 73,63% et 86,73%.

Que ces différents acteurs reçoivent nos compliments. Selon lui, eu égard à un tel pourcentage, l’ouverture d’un Lycée ici est une nécessité; ce qui va leur permettre de limiter la déperdition scolaire des enfants après le DEF, car caser leurs élèves en ville constitue la croix et bannière.

Ainsi, il a demandé l’autorisation et l’appui en personnel pour démarrer ce lycée dès l’ouverture prochaine avant de préciser que la commune dispose de trois salles de classes.

Il a par ailleurs demandé d’être leur interprète auprès du président Amadou Toumani Touré, pour lui rappeler sa promesse prise lors de son passage à Tenenkou concernant la construction de la route Ké-Macina-Tenenkou.


Le Président du conseil de cercle

Dans son intervention, le président du conseil de cercle M. Amadou Tahirou Cissé a souligné que cette pose de première pierre est un facteur majeur, un évènement de taille sur le plan éducatif dans le cercle.

Selon lui, vu les taux élevés de déperdition scolaire après le DEF dans les établissements d’accueil au secondaire, faute de logeurs en ville, vu l’éloignement des écoles secondaires des apprenants et compte tenu des moyens très limités de certains parents d’élèves pour subvenir aux besoins de leurs enfants à distance, la création du lycée de Ténenkou est une nécessité absolue.

Le ministre AMADOU TOURE

Dans son discours, le ministre des enseignements Secondaire Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Pr. Amadou Touré a souligné qu’après Yorosso, en troisième région et Ouélessébougou, en deuxième région, les voici à Tenenkou, en cinquième région pour procéder à la pose de la première pierre d’un autre établissement d’enseignement secondaire général.

Mais, à la différence des autres, selon lui, celui-ci tire sa spécificité de sa situation géographique et surtout de son appartenance à une zone inondée en période hivernale. Obstacle, dira-t-on, en termes d’accessibilité, mais atout du fait des activités de production qui, en principe, déterminent des options fortes quant aux choix d’axes de formation.


L’Importance de la construction du lycée

Pour M. le ministre, la réalisation de cette infrastructure, outre le fait qu’elle est la manifestation logique de la volonté indéfectible de son département de renforcer les capacités d’accueil au niveau du secondaire tout en offrant aux jeunes un meilleur cadre de travail, annonce indéniablement la fin du calvaire que représente pour nombre d’entre eux et pour leurs parents, tant ici que là-bas, une orientation dans un établissement d’une autre localité.

De ce point de vue, selon lui, elle est un puissant levier de motivation des populations de la région en faveur de la fréquentation scolaire en général, et de transformation du milieu. Il a par ailleurs profité de cette cérémonie pour rappeler, une fois encore, que la gestion de l’école ne concerne pas que les seuls professionnels de l’éducation.

Elle est l’affaire de tous et maintenant, plus que jamais, celle des collectivités territoriales. Ainsi, il a lancé un appel à l’ensemble de la population à plus d’engagement et de responsabilité, à plus d’attention et d’initiatives pour faire de l’école un espace de grande convivialité.

Avant de donner l’assurance de l’accompagnement de son département à ne menager aucun effort tendant à améliorer les conditions de vie et de travail dans cet établissement.

Les échanges du ministre avec les autorités

Après la cérémonie de pose de première pierre, le ministre a rencontré les autorités administratives et locales de Tenenkou. Au cours de cette rencontre, le Pr. Amadou Touré a résumé la crise avant d’informer les uns et autres sur les efforts du gouvernement par rapport à la résolution de la crise.

Selon lui, dès son arrivée au département en octobre 2008, il a tenu à rencontrer tout les partenaires de l’école, recenser l’ensemble des doléances qui ont été soumises à l’analyse par l’ensemble des départements concernés.

Après analyse, sur 37 points de doléances, le gouvernement a accepté 27 points. Et les 10 autres points ne sont pas dans la mesure des possibilités du gouvernement. Il a par ailleurs souligné que le gouvernement est toujours ouvert au dialogue.

Dado CAMARA

23 Juillet 2008