Partager

Hawa Maïga est une musicienne, auteure et compositeur. A 29 ans, elle a déjà évolué au sein des plus grands groupes de la musique malienne : l’Ensemble instrumental et le Bademba national. Un talent « fou » qui fait aujourd’hui la fierté de la culture malienne.

hawa-int.jpg
Cette jeune chanteuse s’est intéressée à la musique depuis 2004. Une époque où elle jouait encore des chansons traditionnelles à Gao, sa ville natale. Sa voix agréable et mélodieuse a séduit de grands ambassadeurs de la musique malienne tel que le maestro Boncana Maïga qui le prendra plus tard sous son ailes. Puis, c’est à l’émission « Tounkagouna » qu’elle dévoilera aux mélomanes son vrai talent.
En 2008, elle décide d’ajouter une autre corde à son arc à côté de la formation reçue auprès du maestro. Hawa se lance ainsi dans une nouvelle aventure d’apprentissage en intégrant l’Institut national des arts (Ina). Elle obtient son diplôme en 2012 en musique.

En plus du blues, Hawa fait du djazz et du « takamba » (style musicale du nord). Elle chante en langue songhaï et grâce à l’INA et l’ensemble instrumental du Mali, elle chante presque dans toutes les langues du Mali. Son talent dans la théorie lui a permis de travailler comme contractuel à l’INA. Aujourd’hui, elle évolue avec le Badema national.
Dans sa courte carrière, Hawa a déjà représenté le Mali à des rencontres internationales sur le continent. Elle a notamment participé à des concerts au Burkina Faso, en Côte d’ivoire, au Niger et au Sénégal. « Je dois partir au Maroc dans une semaine pour un concert. Il y a d’autres événements à venir», explique-t-elle.

Cette chanteuse, à travers son génie créateur, harmonise et mélange dans ses titres ce qui fait l’identité de la musique traditionnelle malienne. Elle chante beaucoup la paix, l’intégrité, la confiance en soi, l’amour de son prochain, le culte du travail, la dignité et la foi… Elle est actuellement en studio pour la production d’un album de 12 titres dont Gao et Zankey.

Son ambition? Accéder au summum des plus grandes stars nationales et internationales. Mais, pour vite percer et gagner définitivement le combat pour le rayonnement de son style, cette jeune talentueuse, qui assure toujours ses spectacles au grand bonheur de ses fans, mérite vivement un soutien conséquent des autorités.
« Je travaille pour faire rayonner notre culture. Je ne me limite pas seulement à la culture songhaï ou à la musique classique ; mais j’essaye de créer, d’innover afin d’apporter ma petite pierre à l’expansion du renommer de notre pays à travers le monde», indique-t-elle.

Sory I. Konaté
21 Octobre 2016
©AFRIBONE