Partager

L’année 2007 a été une des années les plus meurtrières en matière de circulation routière. Sans pour autant se fonder sur une étude des causes, le citoyen lambda peut se rendre à l’évidence qu’elles sont dues au comportement peu civique des conducteurs. Il ne se passe de jour à Bamako sans qu’on n’entende les sirènes lugubres des pompiers portant secours à des accidentés.

Malgré les mesures prises en vue d’endiguer le fléau, rien ne semble freiner le danger. L’on avait cru que l’interdiction du téléphone portable au volant serait une mesure salutaire dans la mesure où elle aurait considérablement diminué les accidents. Cependant, force est de reconnaître aujourd’hui que cette décision n’est pas appliquée avec efficacité. Les policiers chargés de réguler la circulation restent impuissants face au phénomène.

Est-ce à dire qu’ils font face à l’incivisme aigu des citoyens ou est-ce qu’ils ont des intérêts de nature à compromettre l’effectivité de la mesure. Si la première thèse est une réalité et d’ailleurs due à l’ignorance, la seconde est difficilement inadmissible. Comment peut-on comprendre que des gens habillés, payés… par l’Etat ne soient pas en mesure d’appliquer la décision interdisant l’utilisation du téléphone portable au volant. Rien ne saurait justifier encore moins expliquer ce comportement laxiste de policiers.

« Personnellement, je désapprouve l’utilisation du téléphone au volant. Car, ce n’est pas facile de décrocher le téléphone avec une main et passer la vitesse avec l’autre. Aussi, tu seras momentanément distrait et là tu n’as pas la maîtrise totale du volant », témoigne un conducteur.

Au regard de ce qui se passe, sur 100 personnes, 98 % décrochent leur téléphone s’ils ne sont pas à côté d’une barrière sécuritaire et d’autres même étant près des policiers le font en ayant à l’esprit que la situation peut toujours s’arranger autrement. « En pleine circulation, je décroche. Si on me siffle, je paie 5000 F CFA », soutient un interlocuteur.

A côté de ceux qui sont pour l’application de la mesure, il y a des opposants. « Un portable est fait pour être joignable à tout moment même étant au volant. Mais prenant une mesure interdisant cela revient à dire que le portable a perdu son sens », commentent certains.

Il urge de prendre des mesures non seulement pour sensibiliser la population, mais aussi sanctionner avec la dernière rigueur ceux qui n’ont pas de respect et pour leur vie et pour celle des autres.

Mohamed Daou

18 juillet 2007.