Partager

L’enregistrement du troisième numéro de l’émission de Renouveau TV intitulée « débat économique, les décideurs » s’est déroulé le vendredi 21 octobre 2016 à la Maison de la presse de Bamako. Ladite émission qui était présentée par le journaliste Alexi Kalembry avait comme invitée Ousmane Babalaye Daou, président du conseil malien des chargeurs et Abdoulaye Pona, président de la chambre des mines du Mali. Il ressort de cette émission que les opérateurs économiques maliens fréquentent huit à neuf corridors mais celui de Dakar reste le plus utilisé.

Au cours des débats qui se sont déroulés en deux temps, les deux décideurs ont évoqué l’apport de leur secteur respectif dans l’économie malienne. Selon le président du conseil malien des chargeurs, Ousmane Babalaye Daou, les chargeurs maliens sont confrontés à des difficultés dont la lenteur dans le transport des marchandises. « Aujourd’hui nous avons 8 à 9 corridors. Il y a en deux que nous fréquentons le plus, c’est celui d’Abidjan et de Dakar. Avant les événements en Côte D’Ivoire, on utilisait à 70% sur la Côte D’Ivoire et 30% sur le Sénégal. Aujourd’hui, c’est tout à fait l’inverse, c’est le Sénégal qui a pris le devant parce que la crise a eu son effet et les habitudes ont été prises du coté Sénégalais », a souligné Ousmane Babalaye Daou. Avant d’ajouter que les opérateurs économiques maliens payaient 100 000 FCFA pour chaque véhicule qui sortait de la Côte d’Ivoire.

« nous avons au minimum 300 véhicules par jour sur un corridor, donc c’est 30 millions qui sont partis tous les jours, multiplier par 365 (Ndlr, l’année fait 365 jours), ça vous donne des milliards, ça avoisine les 8 milliards de FCFA. De 100 000 FCFA, nous avons négociés jusqu’à 12 500 FCFA », a martelé Daou. A l’en croire l’apport des chargeurs dans l’économie du pays est inestimable, pour preuve, dit-il, il n’y a pas eu de pénurie durant la crise Ivoirienne et Malienne. « Durant la crise ivoirienne, 60 000 tonnes sont rentrées au Mali. Si elles n’étaient pas rentrées, c’est tout le système bancaire qui allait s’effondrer », a-t-il rappelé. Selon lui, il est temps de penser aux chargeurs en leur décorant pour leur effort.

En outre, il a déploré le manque de mesures d’accompagnements au Mali. Quant au président de la chambre des mines du Mali Abdoulaye Pona, l’apport des miniers dans l’économie malienne est extrêmement important. « Le secteur minier représente 8% du produit intérieur brut (PIB), nous occupons également les 75% des produits d’exportations et nous contribuons à hauteur de 200 à 250 milliards de FCFA, souvent 300 milliards de FCFA à l’économie du pays, sans compter les créations d’emplois. Le secteur minier est incontournable à l’économie du pays », a indiqué Abdoulaye Pona. Avant de souhaiter une politique d’accompagnement des nationaux qui œuvrent dans le secteur comme Aliou Boubacar Diallo de Wassoul’Or.

Aguibou Sogodogo

25 Octobre 2016