Partager

Le Mali est parmi les pays vastes du continent Africain, avec 1.241.238 km2 dont 7.561 kilomètres de frontières internationales, la gestion de ces espaces notamment en situation de crise, représente un défi majeur pour le Mali. Pour faire face audit défi, l’Etat Malien a bénéficié de deux importants projets financés par le Japon. Le lancement officiel a eu lieu vendredi dernier dans la salle de conférence du ministère de la sécurité et de la protection civile. En présence du secrétaire général du ministère de la sécurité et de la protection civile Azer KAMATE et de l’ambassadeur du Japon au Mali, Daisuke KUROKI. Les projets dont-il s’agit sont « le Renforcement de la sécurité et de la gestion des frontières au Mali  et le Renforcement des capacités de gestion intégrée de frontières entre la Guinée et le Mali ». Les deux projets financés font environ chacun 1, 5 million de dollars américains. Ils ont pour objectif le renforcement de la sécurité et la gestion des frontières au Mali. Ces projets seront mis en œuvre par le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, le Ministère de l’Administration Territoriale et le Ministère de la Solidarité et de l’Action Humanitaire. La contribution desdits projets à l’amélioration de la gestion des frontières du Mali se fera par la construction de trois(3) postes frontaliers savoir Diboli (frontière Sénégalo-malienne), à Zégoua (frontière Ivoirienne) et Kourémalé (frontière Guinéenne). Une autre contribution desdits projets est l’installation dans ces frontières du Système d’Analyse des Données et des Informations Migratoires (MIDAS). Ce système est une solution efficace qui recueille, traite, stocke et analyse les données des voyageurs en temps réel, grâce à un réseau extensif aux frontières. MIDAS est d’une efficacité indéniable « pour les Etats qui ont besoin d’un système d’information complet et abordable pour la gestion des frontières », a souligné le communiqué de presse de l’OIM (organisation internationale pour les migrations). Daisuke KUROKI, l’ambassadeur du Japon au Mali, pour sa part, a exhorté l’OIM pour une mise en œuvre efficace des projets afin d’atteindre un bon résultat. Selon Azer KAMATE, qui a apprécié la pertinence de la coopération bilatérale Mali-Japon, ces projets viennent renforcer les efforts du gouvernement dans sa gestion des frontières. Par ce geste hautement symbolique le gouvernement du Japon vient une fois de plus d’enlever une épine dans les pieds du gouvernement du Mali. Car le contrôle des frontières demeure une urgence nationale vue la porosité des frontières malienne en particulier et africaine en général. La sécurité concerne aussi les frontières.

Seydou Diarra
Du 20 Juillet 2017