Partager

Les populations de Bamako, précisément celles qui ont emprunté le pont Fahd le lundi 22 janvier dernier ont été choquées par la découverte du corps sans vie d’un adolescent d’une quinzaine d’années aux abords du fleuve entre 10 heure et 11 heure. La circulation sur le pont a été interrompue pendant plusieurs heures par les motocyclistes et autres passants qui s’arrêtaient pour voir ce qui se passait.

Selon les informations recueillies auprès des amis du défunt qui ont été témoins de la scène, le jeune connu sous le nom de Boubou serait originaire de Ségou. Et c’est un apprenti chauffeur de Sotrama sur l’axe Vox Da-Sébénicoro. D’après eux, ils étaient venus faire la lessive et profiter pour se laver dans le fleuve.

A en croire un des témoins, le jeune Boubou aurait fait un plongeon sous le pont Fahd pour se laver mais sa tête aurait cogné un caillou. Et il serait resté sous l’eau pendant plus de 3 heures sans que ses amis ne se rendent compte de sa disparition. C’est après avoir constaté son absence pendant tout ce temps qu’ils ont décidé d’aller le chercher à l’endroit où il se baignait. Malheureusement, c’est son corps sans vie qu’ils vont découvrir au fond de l’eau.

C’est ainsi qu’un passant a alerté un policier au niveau du CICB qui est venu constater l’incident. C’est ce dernier qui a probablement appelé les agents de la Brigade Fluviale de la Gendarmerie de Bamako qui sont venus aussitôt sur les lieux. Après avoir interrogé les amis de l’adolescent sur les circonstances de sa mort, les agents de la brigade ont pris soin d’emmener le corps sous le pont à l’abri des regards des usagers du pont pour éviter de créer d’autres incidents.

Quand nous quittions les lieux, les agents de la brigade fluviale saisis de l’affaire pour déterminer les circonstances réelles de la mort de l’adolescent attendaient l’arrivée d’un médecin légiste pour constater le décès.

M.D

Tjikan du 26 Janvier 2018