Partager

Dans le cadre des rencontres bilatérales entre partis politique, une délégation de l’Asma-CFP conduite par l’ancien premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, a rencontré, le jeudi 29 août 2019, le président de l’URD, l’honorable Soumaïla Cissé, Chef de file de l’opposition.

Selon les deux leaders politiques, les échanges ont porté sur des sujets d’intérêt national.

A l’issue de la rencontre, il a été convenu et décidé de la mise en place d’une équipe commune entre les deux partis chargés de réfléchir, notamment sur les réformes politiques et institutionnelles nécessaires en vue de pouvoir répondre aux grands défis. En outre, les deux partis ont aussi décidé de travailler à renforcer les relations bilatérales.

Route : Annonce du démarrage des travaux… de la route Kati-Didièni

Le Premier ministre, Boubou Cissé, a entamé, le jeudi 29 août dernier, une visite de 4 jours dans la région de Kayes. C’est lors de la seconde étape de sa tournée, à Dièma que le PM a annoncé cette nouvelle. « Après avoir constaté moi-même l’état désastreux de la route, je vous informe aujourd’hui que les travaux démarreront la semaine prochaine et prendront fin dans 6 mois au maximum », a déclaré Boubou Cissé. Il s’agit de la route Kati-Didiéni, longue de 160 kilomètres. « Au regard de l’état de dégradation avancée de cette route, les travaux ne peuvent plus attendre», a-t-il dit. Le Premier ministre a aussi précisé que les travaux « se poursuivront sur les autres axes pour les deux ans à venir ». Cette tournée du chef du gouvernement accompagné d’une forte délégation par voie terrestre, l’amènera à sillonner plusieurs localités de la région de Kayes. Après les étapes de Diéma et Nioro, la délégation se rendra à Kayes, ensuite Bafoulabé, Manantali et Kita.

Le Collectif SIRAKO de Kayes dit accueillir avec « satisfaction » cette nouvelle relative aux travaux de réhabilitation de la route Kati-Didiéni. Selon son porte-parole, c’est une victoire pour le mouvement. Toutefois, il prévient qu’un comité de suivi sera mis en place pour suivre l’évolution des travaux, avant d’ajouter que l’une de leurs exigences est d’avoir « une route de qualité ».

Accord de paix : L’ONU prolonge d’un an son régime général de sanctions

Le Conseil de sécurité de l’ONU a prolongé, le jeudi dernier, à l’unanimité et pour un an son régime général de sanctions au Mali qui peuvent être imposées aux individus contrevenant à l’Accord de paix et de réconciliation de 2015 issu du processus d’Alger.

“Ceux qui continuent d’entraver la mise en œuvre de l’accord de paix feront face à des sanctions”, a averti l’ambassadrice adjointe de la France à l’ONU, Anne Gueguen, dont le pays a rédigé la résolution.

En juillet, le Conseil de sécurité de l’ONU avait ajouté cinq noms à sa liste de Maliens sanctionnés par des interdictions de voyages, dont un parlementaire local et un homme d’affaires. Trois Maliens avaient été sanctionnés de la même mesure en décembre.

“Ces sanctions ont permis de faire évoluer le comportement de certains au Mali. Elles ont également favorisé des progrès dans la mise en œuvre de l’accord de paix”, a ajouté Anne Gueguen. Le régime de sanctions de l’ONU pour le Mali a été instauré en 2017.

MINUSMA : 20 policiers Canadiens en renforts

Le Canada prévoit de respecter son engagement d’envoyer 20 policiers, d’ici la fin de 2019, pour appuyer la mission de maintien de la paix au Mali, selon le commandant de la GRC. Des pays du monde entier envoient au total en ce moment quelque 1700 officiers.

La surintendante Kelly Bradshaw explique que 10 policiers sont déjà déployés dans cette mission de l’ONU qui tente d’apporter la stabilité au Mali dans un contexte d’insurrection ethnique et djihadiste. « D’ici la fin de l’année, notre objectif est d’avoir 20 policiers au Mali », a-t-elle dit. L’engagement du Canada à l’égard des services de police s’ajoute à son engagement militaire, qui prend fin plus tard ce mois-ci.

La mission de maintien de l’ordre au Mali survient au moment où Ottawa envisage d’accroître les niveaux de déploiement de ses policiers dans les missions de l’ONU et d’autres organisations. En date du 24 juillet, 77 policiers canadiens étaient déployés dans des rôles de paix et de stabilisation partout dans le monde, notamment en Ukraine, en Haïti, en Irak et en Cisjordanie.

Mopti : Attaque d’un convoi militaire

Un véhicule militaire qui assurait le transport pour la relève montante de Boulkessi, a sauté sur un engin explosif improvisé (EEI), le mardi 27 août dernier, entre Douentza et Hombori, à environ 3 km après avoir dépassé Boussouma, dans une localité située à environ 40 km au nord-est de Douentza (la région de Mopti). Le bilan provisoire fait état d’au moins 3 militaires tués qui ont pour noms Sgt Ali Traoré, Sgt Cheick A.K Dembélé et Cal Chaka N’Daou. L’attaque a également fait 7 blessés et un véhicule endommagé. Cette attaque intervient moins de 10 jours après celle qui s’est produite, le mercredi 21 août dernier, contre un véhicule militaire faisant partie d’une mission d’escorte qui a sauté sur une mine sur l’axe Boni- Hombori. Au moins 5 militaires y avaient perdu la vie. Une attaque revendiquée par le « Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans » notamment à travers la Katiba d’Ançar Dine du Macina. Certainement que l’attaque d’aujourd’hui a été menée par le même groupe.

Mopti : Encore des militaires tués

Cinq soldats ont été tués, le mercredi dernier, dans le Centre dans une embuscade tendue par des djihadistes qui ont également détruit leur matériel, ont annoncé les Forces armées. “Une mission d’escorte des Fama est tombée dans une embuscade entre Boni et Hombori (Centre). C’est ce (mercredi) matin 21 août. Les Fama déplorent cinq morts. Du matériel a aussi été détruit”, indique l’armée sur son compte Twitter.

L’attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat. “Des coups de feu ont été entendus lors de l’embuscade”, a indiqué mercredi un élu local. “Les djihadistes (…) ont brûlé au moins deux véhicules militaires. Au moins deux militaires ont été aussi blessés”, a indiqué un autre élu local.

Gao : Une patrouille militaire ciblée

Une patrouille mixte de l’armée malienne a été attaquée par des individus armés à bord d’un Pick-up le 29 aout dernier, aux environs de 17h précisément dans le quartier d’Aljanabandia de Gao. Après des échanges des tirs, les bandits ont fini par prendre la fuite. L’attaque n’a fait aucune perte en vie humaine et ni de blessés. Des enquêtes sont en cours pour mettre le grappin sur les assaillants.

Menaka : Braquage de trois véhicules

Trois véhicules en direction d’Anderaboukane ont été braqués, le week-end dernier, sur la route de Ménaka par des hommes armés non identifiés. Les bandits ont dépouillé les passagers de leurs biens et blessés trois personnes. Les blessés ont été admis au Centre de Santé d’Anderaboukane. Selon des sources locales, l’insécurité sur l’axe Ménaka-Anderaboukane est récurrente depuis quelques mois malgré la présence dans la zone de Barkhane, Fama, Minusma et les Mouvements armés.

Macina : Inondation dans la Commune de Bokiwéré

N’ Dibougou dans la Commune de Bokiwéré, cercle de Macina, une forte pluie a causé d’énormes dégâts, le mercredi dernier. Une quinzaine de maisons sont tombées et des animaux tués. Alertées, les autorités administratives sont à pied d’œuvre pour apporter une aide d’urgence au village.

Ansongo :Chavirement d’une pinasse

Une pinasse de transport en commun venant de la foire a chaviré, le 29 aout dernier, à Ansongo. Le bilan fait état d’un mort et des matériels perdus dans l’eau. Selon des témoins la surcharge serait la cause de l’accident.

L’Aube du 02 Septembre 2019