Partager

Le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique, M. Ousmane Koné, a procédé, le jeudi dernier, au lancement des documents de politique nationale de nutrition et du Plan d’Action multisectoriel de nutrition. Le tout assorti d’un plan de communication bien détaillé par des impacts plus visibles. Le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique avait à ses côtés, pour l’occasion, la représentante du Programme Alimentaire Mondial (Pam), Mme Sally Haydock, et l’Ambassadeur du Canada au Mali, M. Louis de Lorimien. On y notait également la présence du représentant de l’Oms au Mali, M. Abdoulaye Fall.

La nutrition qui occupe une place de choix dans les programmes et politiques de santé des plus hautes autorités du pays, comme en témoigne leur engagement sans faille en faveur d’une enfance saine, est un facteur important de développement physique et mental harmonieux de l’enfant. D’où toute l’attention du Gouvernement et de ses partenaires dans ce domaine spécifique, eu égard aux menaces que la malnutrition et la dénutrition font planer sur les enfants.

En effet, en la matière, les statistiques sont effroyables. Comme cela a pu être ressorti par l’Ambassadeur du Canada au Mali. Selon Louis Lorimien, la dénutrition est la cause de 45 % de décès chez les enfants et détruirait 8 % du potentiel économique d’un pays. La malnutrition, quand elle touche, selon la représentante du Pam, 1/3 des enfants maliens, dont 12,7 % émaciés. La solution préconisée, pour elle, est une meilleure nutrition des femmes et des enfants.

A noter que la représentante du Pam, Mme Sally Haydock, a intervenu au nom de toutes les agences spécialisées du système des Nations-Unies au Mali.

Le Ministre de la Santé, Ousmane Koné, est revenu sur les différentes étapes ayant débouché à l’élaboration d’une politique nationale de nutrition et l’adoption du plan d’action multisectoriel de nutrition et son plan de communication. Pour rappel, le gouvernement du Mali a adopté la politique nationale de nutrition en janvier 2013 et, ce, après un forum national dédié à la cause. Et c’est le Conseil des Ministres du 5 juin 2014 qui a approuvé le plan d’action multisectoriel de nutrition, ainsi que son plan de communication.

Le Ministre Ousmane Koné a donc saisi l’occasion pour remercier les acteurs de la société civile et les partenaires techniques et financiers qui ont joué un rôle prépondérant dans l’élaboration du plan d’action multisectoriel de nutrition. Ces efforts marquent la détermination et l’engagement du gouvernement du Mali, qui a adhéré au Mouvement international de renforcement de la nutrition seulement en 2011.

Décliné en 14 axes stratégiques, le plan d’action multisectoriel de nutrition, qui va de 2014 à 2018, va coûter 300 milliards de Fcfa. Si le Ministre de Santé s’est réjouit de l’adoption du plan d’action multisectoriel de nutrition, il trouve cependant qu’une meilleure coordination dans l’exécution de ce plan reste un véritable défi à relever.

En effet, la part revenant à l’État malien dans le financement du plan d’action multisectoriel de nutrition reste encore à être déterminé prochainement par le Comité intersectoriel de Nutrition. C’est seulement après qu’on pourra se faire une idée de la part à rechercher auprès des partenaires techniques et financiers.

“Je suis confiant que l’on arrivera ensemble à trouver ce financement, tant elle est importante la place de la bonne nutrition dans le développement de notre pays”, a déclaré le Ministre Ousmane Koné avec optimisme.

Au nom du Président de la République, le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique a remercié tous les partenaires au développement, les techniciens des différents départements ministériels, les collaborateurs du système des Nations Unies, de la coopération multi et bilatérale, des Ong et du secteur privé pour la qualité des documents produits. Même appréciation du côté des partenaires, comme cela a pu être témoigné par l’Ambassadeur du Canada au Mali.

Assane Sy DOLO

23 Juin 2014