Partager

La cérémonie de mardi concerne la remise globale à la police malienne par le Royaume d’Espagne de 17 véhicules Toyota, 37 ordinateurs et accessoires, 18 téléfax, 17 imprimantes scanner, autant d’imprimantes laser, de photocopieurs et de groupes électrogènes. Ce sont des matériels qui serviront à équiper les premiers 17 postes de police frontière qui jalonnent les frontières terrestres de Bénena, Foïta, Gogui, Kouremalé, Koury, Labbézanga, Tizaouatène, Tessalit, Manakoro, Zégoua, Misséni, Kadiana, Aourou, Sadiola, Koro et Léré.
Pour le directeur général de la police nationale, le contrôleur général Yacouba Diallo, la cérémonie est le parachèvement d’actes de bienfaisance que le Royaume d’Espagne a entrepris en direction de la police malienne et qui ont commencé par la remise partielle de matérielles il y a quelques mois.

Selon le contrôleur général Yacouba Diallo, le Royaume d’Espagne ne se limite pas seulement à la remise de matériels mais également et surtout aux échanges d’informations et à l’organisation de stages pratiques dans les domaines variés de stratégies, de lutte contre l’immigration clandestine, la fraude documentaire et le trafic d’êtres humains.

La direction de la police des frontières participe à l’élaboration et à la mise en œuvre de la politique d’immigration et d’émigration, veille à l’application de la législation relative à l’entrée et au séjour des étrangers, centralise et exploite toutes les informations à la circulation transfrontalière, procède à la délivrance des documents de voyage et des titres de séjour et élabore des documents d’orientation au profit des services de contrôle aux frontières. La police des frontières, en plus de l’établissement des passeports et de la délivrance des visas, procède aussi au contrôle du flux migratoire et lutte contre l’émigration clandestine à partir des frontières.

Pour le directeur de la police des frontières, le contrôleur général Youssouf Nianian Diallo, l’acquisition de ces matériels permet à son service, d’accomplir véritablement les différentes missions, à savoir la lutte contre la criminalité transfrontalière sous toutes ses formes et le contrôle du flux migratoire au niveau des 17 postes de police frontière concernés.
L’ambassadrice d’Espagne, S. E. Mme Marta Betauzos Roig, a remis les clés des voitures Toyota et les autres équipements au ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, le général Sadio Gassama.

Sètè Traoré (stagiaire)

Les élèves policiers logés
L’inauguration de la nouvelle infrastructure s’est déroulée aussitôt après la remise du matériel. L’infrastructure comprend deux blocs destinés à accueillir d’éventuelles recrues ou des stagiaires. Elle est dotée de 3 salles de classes d’une capacité de 50 élèves chacune, 2 bureaux pour les instructeurs, 4 dortoirs pouvant contenir 200 élèves, 8 douches et 8 toilettes. Le bâtiment a été réalisé pour un coût de 122 millions de F CFA.

La réalisation de ce bâtiment a comblé une attente et atteste de la volonté de l’Etat de renforcer les capacités. Le nouveau bâtiment consacre l’autonomie de l’Ecole nationale de police en matière d’accueil de ses pensionnaires, a fait remarquer le contrôleur général Yacouba Diallo.

Les autorités policières ont engagé le pari de la rénovation des infrastructures de l’école nationale de police avec comme perspective l’édification d’une Académie de police à vocation sous-régionale, car depuis 2001, les élèves étaient répartis entre l’école et le GMS.

S. T.

30 avril 2008