Partager

Polémique autour des 200 millions de CFA opposant l’opérateur économique Bee Sago et Boubacar Info : Un haut cadre de la Santé convoqué chez le Procureur Des députés URD s’impliquent pour le retrait de la plainte

Selon des sources proches du dossier, le vendredi 3 septembre, suite aux informations que nous avons publiées dans L’Indépendant, des députés URD auraient contacté les protagonistes de cette affaire de marché présumé pour une valeur de 200 millions de F CFA afin qu’ils reviennent à de meilleurs sentiments. Et éviter ainsi de  » salir le nom de leur parti  » et certainement celui du ministre URD de la Santé, Oumar Ibrahima Touré.

Dans le but de voir clair dans cette affaire où il serait question d’un marché octroyé par le ministre de la Santé à Gassama Diaby dit Bèe Sago, le Procureur anticorruption, Sombé Théra, avait fait garder l’opérateur économique Bèe Sago et Boubacar Coulibaly, alias Info, au niveau du Commissariat de police du Premier arrondissement pendant 48 heures. C’était le lundi 30 août 2010. Au cours de cette même soirée aux environs de 22 heures, un haut cadre du ministère de la Santé aurait été aperçu devant le Pôle économique et financier, sis à l’ACI 2000, où il serait venu seul au volant de sa voiture. Certainement pour partager avec le Procureur Sombé Théra sa part de vérité dans cet imbroglio.

Si cette information est avérée, cela veut dire que l’affaire des 200 millions de F CFA a atteint un niveau supérieur où l’écoute du ministre de la Santé ne saurait être évitée. En effet, plusieurs versions circulent à propos de cette supposée affaire de marché octroyé à Bèe Sago. Pour certains, c’est l’opérateur économique qui aurait cherché à corrompre le ministre de la Santé avec 200 millions de F CFA, alors que pour d’autres c’est, au contraire, Gassama Diaby qui aurait eu, grâce à l’intervention du ministre, un marché de 200 millions de F CFA qu’il n’aurait pas exécuté. Se contentant tout simplement d’empocher les sous.

Quant à Gassama Diaby, il réfuterait l’une et l’autre version et dit n’avoir jamais obtenu de marché sur intervention du ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré. Pour l’opérateur économique, c’est un tissu de mensonges qui a été fabriqué par Boubacar Coulibaly, alias Info, ce grand admirateur du ministre de la Santé dans le but de présenter Bèe Sago comme un ingrat, devenu du jour au lendemain un « opposant » au ministre.

En effet, c’est un secret de Polichinelle de dire que l’opérateur économique Gassama Diaby n’est plus du tout content du ministre de la Santé, du fait que les marchés de moustiquaires imprégnées d’insecticide (MII), selon lui, seraient octroyés, principalement, par celui-ci, à des  » opérateurs économiques non spécialistes en MII « .

Des députés pour éteindre le feu

Compte tenu du fait que l’affaire a connu un rebondissement avec la convocation de cette haut cadre du département de la Santé dans les bureaux du Procureur anticorruption, des députés URD auraient approché les protagonistes pour qu’ils enterrent la hache de guerre.

C’est ainsi que des démarches auraient été entreprises, à cet effet, dans la journée de vendredi 3 septembre, auprès des principaux concernés. Pour ces députés URD, il s’agit également d’éviter que l’affaire ne prenne une autre tournure à même de salir la réputation du ministre de la Santé. C’est pourquoi, il aurait été demandé à Boubacar Coulibaly, qui a accusé Gassama Diaby d’avoir été ingrat vis-à-vis du ministre de la Santé, de présenter ses excuses à son aîné. Et de retourner expliquer à la Police qu’il l’avait chargé injustement. En retour, l’opérateur économique devrait, lui-aussi, retirer sa plainte.

Une chose est désormais sûre : cette affaire semble échapper désormais même au plaignant. Car, il ne lui suffira plus de dire : « Je retire ma plainte  » pour que cela soit fait comme par enchantement. Alors que le Pôle économique et financier, qui a compétence pour connaître de l’instruction et des procédures en matière d’atteinte aux biens publics et, d’une manière générale de toutes les infractions relatives à la corruption et à la délinquance économique et financière, aimerait certainement savoir où sont passés les 200 millions de F CFA dont il est question dans cette affaire. Ont-ils réellement existé ou sont-ils une pure invention de l’esprit ?

Les prochains jours nous édifieront car, il semble que d’autres interpellations sont prévues, ce jour même, au niveau du Procureur du Pôle économique et financier, Sombé Théra.

Affaire à suivre.

Mamadou FOFANA

07 Septembre 2010.