Partager

Suite à l’attaque terroriste du Radisson Blu, qui s’est soldée par 22 morts, y compris les deux kamikazes, le Président du Haut Conseil Islamique, approché par la presse – nationale et internationale – a cru bon, en qualité de leader religieux, de donner son sentiment sur le phénomène du terrorisme à travers le monde.

une-2482.jpgUne sortie qui ne cesse de défrayer la chronique et qui a, curieusement, provoqué une levée de boucliers sur la scène malienne. On ne parle plus que de ça, dans les chaumières, dans les « grins » et les salons feutrés de Bamako et d’ailleurs. On a entendu des expressions comme «apologie du terrorisme», «halte aux pyromanes et aux hypocrites»…
Nous avons lu en long et en large l’entretien de Mahmoud Dicko que nous ne connaissons, soit dit en passant, ni d’Adam ni d’Eve, publié par l’hebdomadaire «Le Reporter». Nous y avons cherché une once d’appel au terrorisme. En vain.
Au contraire, le Président du Haut Conseil Islamique du Mali a fait une condamnation sans ambages de l’acte terroriste commis au Radisson Blu et du terrorisme d’une manière générale. «Ils ne sont pas musulmans ceux qui tuent des innocents au nom de la religion musulmane. Ils ne fréquentent pas la mosquée et ne partagent pas les valeurs religieuses musulmanes. Vous ne trouverez parmi eux aucun imam, aucun leader religieux, ni prêcheur. La plupart sont des anciens rappeurs, des délinquants, qui ont été interpellés dans des affaires de trafics de drogue… Ils se révoltent et prennent des armes contre leur société» a-t-il souligné dans l’entretien en question. Voilà qui est on ne peut plus clair.

A la limite, on pourrait parler d’un procès d’intention fait à l’imam Mahmoud Dicko, qui a aussi accordé une interview à la radio privée Nyèta. Jeune Afrique n’est pas demeuré en reste. En effet, dans sa version en ligne, l’hebdomadaire panafricain a fait une interprétation de la sortie du Président du HCI selon laquelle le terrorisme est une punition de Dieu.
L’imam Dicko est-il victime de qu’on appelle, en théorie de la communication, l’effet boomerang, pour avoir affirmé que les terroristes nous ont été envoyés par Dieu pour nous punir de la promotion de l’homosexualité, importée d’Occident et qui prospère dans notre société? On ne sait pas quel ton, quelle formulation et quelle syntaxe le leader religieux a adoptés pour la circonstance.
En cherchant la petite bête, on pourrait dire qu’il n’est pas un citoyen lambda, qu’il est un leader d’opinion et que, en tant que tel, il devrait remuer sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler. Car nous sommes dans un pays où, à cause de l’analphabétisme ambiant, les gens font toujours une lecture au premier degré. A-t-il suffisamment nuancé ses propos?
Nous dirons, en l’occurrence, que les jihadistes nous ont été plutôt envoyés par l’Occident. Pour ce qui nous concerne, la déstabilisation de la Libye et la fabrication de toutes pièces du MNLA par la France de Sarkozy ont constitué le principal déterminant de la crise malienne.

Le fin mot de l’affaire ne réside-t-il pas dans le fait que le Président du Haut Conseil Islamique a osé s’attaquer, à visage découvert, au puissant lobby des homosexuels, en mettant en garde contre la promotion de l’homosexualité dans notre pays et à travers le monde? Ce qui est déjà une réalité palpable en Occident, via notamment ce qui est convenu d’appeler pudiquement «le mariage pour tous». Un vrai euphémisme.
Un phénomène qui est en train de gagner du terrain chez nous et qui compénètre toutes les sphères de notre société: le microcosme des leaders politiques, la haute administration, le monde des affaires, l’univers des artistes, le microcosme de la presse, le monde sportif, la jeunesse, la gent féminine… De notre point de vue, le message de l’imam Dicko n’avait d’autre sens que de nous demander de nous amender, d nous ressaisir pendant qu’il est encore temps.
Et de refuser que l’Occident, où le lobby lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels (LGBT) occupe le haut du pavé, nous impose son modèle de société. L’imam Mahmoud Dicko est donc bien dans son rôle. Dénoncer la promotion de l’homosexualité dans notre pays ne veut nullement dire faire l’apologie du terrorisme. La liberté ne doit pas être, non plus, synonyme du culte du veau d’or. Le terrorisme, nous l’avons maintes fois écrit, est le premier ennemi de l’islam, le vrai islam, dont il ne cesse de dégrader l’image dans l’opinion en le diabolisant. Et des musulmans, qui occupent la première place parmi ses victimes.
Le Président du Haut Conseil Islamique est bien dans son rôle, car les religions révélées, l’islam aussi bien que le christianisme, le Coran aussi bien que la Bible, condamnent l’homosexualité.

Les paroles de la Bible consacrées à l’homosexualité sont peu nombreuses, mais tout a fait claires. La Bible interdit catégoriquement l’homosexualité, qui est une forme pervertie de la sexualité, tout en considérant la sexualité normale instaurée par Dieu Lui-même une importante sphère de la vie.
Citons, cependant, quelques passages de l’ancien Testament: Lévitique ch. 18, vers 22-25: «Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination. Tu ne donneras ta couche à aucune bête; tu en deviendrais impur. Une femme ne s’offrira pas à un animal pour s’accoupler avec lui. Ce serait une souillure. Ne vous rendez impurs par aucune de ces pratiques: c’est par elles que se sont rendues impures les nations que je chasse devant vous. Le pays est devenu impur, j’ai sanctionné sa faute et le pays a dû vomir ses habitants.
Lévitique ch. 20, vers 13: «L’homme qui couche avec un homme comme on couche avec une femme: c’est une abomination qu’ils ont tous deux commise, ils devront mourir, leur sang retombera sur eux».
1 Timothée ch. 1, vers 9-10: «en sachant bien qu’elle n’a pas été instituée pour le juste, mais pour les insoumis et les rebelles, les impies et les pécheurs, les sacrilèges et les profanateurs, les parricides et les matricides, les assassins, les impudiques, les homosexuels, les trafiquants d’hommes, les menteurs, les parjures, et pour tout ce qui s’oppose à la saine doctrine»,
Deutéronome ch. 22, vers 5: «Une femme ne portera pas un costume masculin, et un homme ne mettra pas un vêtement de femme; quiconque agit ainsi est en abomination à Yahvé ton Dieu».

Les passages du Coran se passent également de tout commentaire: «Accomplissez-vous l’acte charnel avec les mâles de ce monde? Et délaissez-vous les épouses que votre Seigneur a créées pour vous? Mais vous n’êtes que des gens transgresseurs». Ils dirent: «Si tu ne cesses pas, Lot, tu seras certainement du nombre des expulsés». Il dit: «Je déteste vraiment ce que vous faites». Sourate 26, Versets: 165-166
Et Lot, quand il dit à son peuple: «Vous livrez vous à cette turpitude que nul, parmi les mondes, n’a commise avant vous? Certes, vous assouvissez vos désirs charnels avec les hommes au lieu des femmes! Vous êtes bien un peuple outrancier», Sourate: 7 Versets: 80-81.
«Le peuple de Lot traita de mensonges les avertissements. Nous lâchâmes sur eux un ouragan, excepté la famille de Lot que Nous sauvâmes avant l’aube». Sourate: 54 Versets: 33-34. On peut multiplier ces exemples.
En définitive, entre une société moyenâgeuse, que ces illuminés et leurs parrains veulent nous imposer par la terreur, et la délinquance morale que l’Occident veut nous prescrire, il y a de la place pour une société plus intelligente, humaine, tolérante et tolérée par Dieu. A nous de lui donner un contenu.

Yaya Sidibé

22 Septembre du 7 Décembre 2015