Partager

BAKARY SOW, MALIEN RESIDANT A PARIS
« Le changement crève l’oeil »

Il n’y a pas de comparaison possible entre le Mali d’avant 1991 et le Mali d’aujourd’hui. Quatorze ans après la révolution du 26 mars, je peux dire que le bilan de l’ère démocratique est assez positif. Le changement est divisible partout. Le visage du Mali, particulièrement celui de la capitale Bamako a considérablement changé. Aujourd’hui, Bamako occupe une place de choix dans le concert des capitales de la sous région et force même l’admiration de l’occident. Les conditions de vie se sont un peu améliorées. Bref, le changement crève les yeux. Les autorités doivent redoubler d’efforts pour que la vie soit davantage moins chère.
Aujourd’hui, le Mali est, incontestablement, l’un des pays les plus démocratiques de l’Afrique. Il n’y a pas d’entraves aux principes des droits fondamentaux (la liberté d’expression, de circulation ou d’association).

MOHAMED COULIBALY
ALIAS « FA » HOMME D’AFFAIRES
« Beaucoup de choses restent à faire »
Comme le vieux Houphouët a l’habitude de le dire « quand, il reste beaucoup à faire, l’on a l’impression que rien n’a été fait ». Cette vérité cadre bien avec le cas malien en ce qui concerne le changement tant attendu. Le Mali a besoin d’une synergie venant de l’ensemble de ses fils pour amorcer un réel décollage économique.

Propos recueils par Alassane DIARRA.

25 Mars 2005