Partager

Vingt deux points de revendications et trois recommandations à l’adresse du gouvernement ont été exprimés par l’Association des élèves et étudiants du Mali à l’issue de leur 18ème congrès ordinaire tenu du 26 au 28 décembre 2010 à Bamako. Ces différents points ont été révélés le jeudi 13 janvier aux hommes de média lors d’une conférence de presse tenue à la FAST.

Cette conférence de presse qui a été animée par le Secrétaire général de l’AEEM, Hamadoun Traoré, a enregistré, entre autres, la présence des Secrétaires généraux des différentes facultés et des grandes écoles de Bamako. Ce cahier de doléances du 18ème congrès a été sanctionné par 22 points de revendications. Il s’agit des revendications d’ordre académique, pédagogique, matériel et financier.

Ainsi, au titre de ces revendications, les élèves et étudiants demandent le renforcement des cours d’informatiques au niveau des établissements fondamental, secondaire et supérieur ; d’octroyer des bourses d’études aux majors des différentes promotions des grandes écoles et instituts afin de mieux préparer la relève.

D’autres points soulevés par le syndicat des élèves et étudiants sont relatifs à la facilitation des visites de terrain des élèves Ingénieurs de l’ENI et de l’IPR/IFRA de Katibougou, la promulgation des diplôme de l’Ensup, de l’ENI en Master, d’orienter les recalés du numerus clausus.

S’y ajoutent la régularisation des élèves Ingénieurs de l’ENI titulaires de la maîtrise, l’accès du Master aux élèves et étudiants titulaires de la licence du système LMD2, la construction des internats au niveau des IFM de Kayes, Bamako, Mopti, Bougouni et Gao pour ne citer que ceux-là.

Au titre des recommandations, l’AEEM suggère de résoudre définitivement la crise d’enseignant en dotant nos établissements scolaires et universitaires d’enseignants qualifiés et la majoration des bourses et trousseaux de 10 % et de les payer à temps.

Même si le Secrétaire général de l’AEEM admet que toutes ces revendications sont prioritaires, il dit ne pas fixer une date butoir aux gouvernements pour leur exécution.

En ajoutant toute fois: « Nous voudrions que ces 22 points soient satisfaits dans les plus brefs délais ». Il a, en outre, réaffirmé toute la détermination de son bureau pour que ces revendications soient satisfaites dans le cadre du dialogue et de la concertation. C’est à dire revendiquer tout en restant en classe.

Kassoum THERA

17 Janvier 2011.