Partager


Le terme vodou est utilisé par les Fon de la République du Bénin. Mais d’origine Yoruba et signifiant «Dieu» pour désigner les génies intermédiaires entre Dieu, ses différentes manifestations, et les hommes ; les Occidentaux en ont tiré le mot vaudou attribué aux cultes pratiqués sur la cote du golfe de Guinée, aux Antilles et au Brésil, où il porte le nom de «candombé».

Chez les Yoruba et le Nouveau Monde, les vodou proprement dits ont gardé leur nom Yoruba d’origine (Orisha), de même que les noms des dieux (shango) pour le tonnerre, Ogun pour le fer et la guerre, au contraire des Fon, qui ont adopté ceux d’hèvioso, le bélier, et de Gu, le forgeron).

Le culte du vodou est fondé sur un ensemble de rites destinés à conduire l’adepte à la libération spirituelle et à l’extase au cours de laquelle il est «chevauché» (possédé) par le vaudou auquel il est voué.

Réflexion : Il n’y a pas deux façons d’assumer le pouvoir. Si tu veux, sois plus méchant et plus brûlant que les flammes de l’enfer sur le dos de ton peuple; si tu veux sois plus doux et frais que l’eau du fleuve dans la gorge d’un assoiffé. Mais dans l’un ou l’autre cas, sois juste, il le faut.

Source : les Chants du Kandjo

Sagesse Bambara : L’espoir vaut mieux que le rassasiement.


Focus

Intégration des contractuels : Enfin, Siaka Diakité devient fonctionnaire

Le Secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) se voit couronner ses efforts depuis l’adoption par le gouvernement du décret portant intégration des contractuels dans les fonctions publiques de l’Etat et des Collectivités locales. Ainsi, ce décret fait de Siaka Diakité, un des plus vieux conventionnaires (contractuels), un fonctionnaire de l’Etat.

Après l’histoire des catégories B devenues par miracle catégories A (membres de l’UNTM à une époque), voilà que le secrétaire général de l’UNTM mette son pied dans le plat en devenant fonctionnaire de l’Etat.

Qui dit que l’UNTM n’est pas une centrale pour gérer la carrière de ses membres ?

Ce qui reste maintenant à l’UNTM, c’est de demander à l’Etat la réintégration dans la fonction publique des retraités, membres de son bureau.

Assesseurs et président de bureaux de vote de la C. VI : Ça sent le régionalisme !

Un coup d’œil sur la liste des assesseurs et président des bureaux de vote de la Commune VI du district de Bamako ne laisse personne indifférent. Tellement les noms d’une ethnie saute à l’œil. Et tous ceux qui ont parcouru la liste, sont venus à la conclusion suivante : le régionalisme. On rencontre généralement ce patronyme dans la 5ème région de notre pays.

Et la boucle est bouclée par le signataire de la décision, un de leur.


Commissariat du 1er arrondissement : Exiguïté des bureaux

La cour du commissariat de police est bien dallée, toute chose qui facilite les va-et-vient quand il pleut. Cependant un autre problème crucial demeure, c’est celui de l’exiguïté des bureaux. Trois à quatre inspecteurs de police sont entassés dans un petit bureau. Les entretiens avec les usagers se font sous la véranda ou sous les arbres.
Qu’attend donc Niamey Keita pour les mettre dans les conditions idoines ?


Comment Ahmed Diané Semega a été nommé ministre ?

«Je le dis à qui veut l’entendre : je suis fier d’être l’idéologue du président de la République», déclare Ahmed Diané Séméga dans une interview accordée à nos confrères «Les Echos» no 3264 du 14 avril 2009. Avant d’être l’idéologue du président de la République, il fut d’abord étudiant de l’ancien directeur de cabinet du Lieutenant -colonel Amadou Toumani Touré, Mohamed Ali Bathily. C’est ce dernier qui a proposé à ATT de le nommer ministre pace que dit-il c’est un bosseur, avait-il soutenu. Et depuis Séméga est dans le gouvernement.


Sécurité d’Etat ou Sécurité Publique ? : La Sécurité d’Etat fait démissionner Fadiala Kéïta de la présidence de l’ACCOMA

Actions Concrètes pour le Mali (ACCOMA) qui a vu le jour en février 2009 a été la cible de la bouillante Sécurité d’Etat (SE) malienne. Et pour cause : son secrétaire général, notre ex confrère, a été interpellé par les agents de Mamy Coulibaly. Après des interrogatoires musclés, Fadiala a été contraint à la démission. Ce que la Sécurité d’Etat oublie, ce genre d’interrogatoires freinent l’élan des faibles et des amateurs politiques. « Les hommes passent, les peuples demeurent« , dit- on.

ATT n’a-t-il pas commencé aussi par la création d’une association avant de s’accaparer des partis politiques. Et alors! De grâce que la S.E fout la paix aux citoyens qui veulent voir un autre Mali naître.

Congrès des homosexuels à Bamako : Pour quelle raison?

On sait que le Mali est un pays laïc, conservateur de ses traditions. Mais avec les nouveaux démocrates, on a su qu’il y a à Bamako « la secte des homosexuels » .Qui s’affiche petit à petit au grand jour.
Lorsqu’en 1998, nos confrères de «Le Soir de Bamako» ont affirmé dans un numéro qu’il y avait quatre (4) pédés dans un des gouvernements ADEMA, à l’époque personne n’a daigné lever le petit doigt.

En avril 2009, voilà que les choses se précisent avec à la clé la tenue à Bamako d’un congrès dans un hôtel de haut standing situé sur la route de l’aéroport.


Hum!
Après les Franc-maçon, les Roses Croix, ce sont les homosexuels qui viennent pondre à Bamako leur virus.

Que Dieu nous préserve !

Troisième mandat d’ATT : Les hommes de culte mis à contribution

Pour un troisième mandat, le couple présidentiel ne ménagerait aucun effort pour un plébiscite national.

Après des tentatives infructueuses auprès de certains ténors des partis politiques, leur dernier espoir reposerait sur des hommes de culte. C’est pourquoi, certains seraient mis présentement à contribution. Et cela se verrait à travers des donations de tout genre à des plus influents. Mais aussi à travers la montée en puissance d’une secte dont le président serait un des adeptes.


Inauguration d’une fabrique de tracteurs à Samanko

«Laver la tête d’un singe c’est un gaspillage de savon», dit le sage. Quelle mouche a-t-elle piqué nos plus hautes autorités pour ouvrir une usine de fabrique de tracteurs.

En 1980, la CMDT (Compagnie malienne du développement Textile) avait initié le même projet qui n’a eu qu’une courte durée à cause de la pédologie (sols). Le tracteur est fait pour les terres argileuses. Or, nos sols sont fertiles et l’utilisation des tracteurs transformerait la terre en sable.


Fermeture du pont de Kayes pendant trois mois : Gouverner, dit-on, c’est prévoir

Le ministre de l’Equipement et des Transports vient de prendre la décision de la fermeture du pont de Kayes pour trios (3) sans aviser les opérateurs économiques afin qu’ils prennent des dispositions. Dans un pays, grand importateur de marchandises, ces trois mois seront dramatiques à passer : pénurie + crise économique = révolte sociale.

SADI Solidarité Africaine Pour la Démocratie et l’Indépendance Rue : 255 Porte : 50 Djélibougou-Bamako BP : 3140 Tel : 66 72 89 00 / 66 67 01 19 E-mail :partisadi@yahoo.fr

Déclaration

Le parti SADI vient d’apprendre avec consternation l’arrestation de plus d’une cinquantaine de Maliens qui croupissent en ce moment dans les prisons libyennes de Barack, en plein désert dans la région de Sabaha. Ces prisonniers sont des travailleurs qui ont été arrêtés dans leur foyer, molestés et dépouillés de leurs papiers et subissent la diète.

Selon nos sources, ils sont arrêtés depuis plusieurs mois. Parmi eux, deux personnes ont succombé : Abdoulaye Sangaré, qui juste avant de rendre l’âme, aurait dit qu’il est ressortissant de la région de Sikasso et Modibo Keita qui serait originaire de Kangaba.

8 personnes seraient dans un état lamentable et pourraient bientôt succomber si rien n’est fait rapidement. Il s’agit de :
Ousmane Coulibaly, Moussa Diarra, Souleymane Dembélé, Oumar Diallo,
Aliou Touré, Mohamed Ag, Abdoulaye Kéita, Fousseyni Dembélé.

Le parti SADI dénonce ces manquements graves aux droits humains de la part des autorités libyennes. Comment ces autorités qui entretiennent des relations économiques aussi poussées avec le Mali en arrivent à une telle extrémité ? Quelle unité prônent les dirigeants libyens ?

Le parti SADI, condamne l’assassinat des deux Maliens et entend clarifier cette affaire jusqu’à ce que justice soit rendue.

Le parti SADI exige la libération des Maliens arbitrairement et illégalement incarcérés en Libye, il exige des autorités leur rapatriement et leur prise en charge sanitaire.

Le Parti SADI condamne le silence coupable des autorités maliennes.
Le parti SADI usera de tous ses moyens pour faire reculer la Libye dans ses manœuvres honteuses contre nos ressortissants et ceux des autres pays d’Afrique.

Bamako, le 10 Avril 2009

Le Secrétaire général

Honorable Oumar MARIKO

27 Avril 2009